Élections dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré : les candidats

Mélanie Grenier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ça y est, c’est chose réglée, les électeurs québécois seront attendus aux urnes le 4 septembre prochain. Pauline Marois est donc député sortante du comté de Charlevoix. La chef du Parti Québécois devra lutter contre des candidats de tous les principaux partis pour devenir député du comté qui porte désormais le nom de Charlevoix-Côte-de-Beaupré. En effet, depuis le redécoupage électorale de 2011, le comté s’est agrandit et inclut maintenant une portion de ce qui était le comté de Montmorency soit : les municipalités de Château-Richer, Boischatel et L’Ange-Gardien puis celles de l’Île d’Orléans. Voici une brève présentation des candidats qui se disputeront le comté.

Les principaux partis présentent tous un candidat dans le comté de Charlevoix-Côte-de-Beaupré.

Pauline Marois pour le PQ

Bien sûr, la député sortante n’a plus tellement besoin de présentation. La chef du Parti Québécois brigue sa troisième élection dans le comté alors qu’elle avait été élue une première fois en 2007 lors d’une élection partielle puis réélue lors des dernières élections générales de 2008. En 2008, Mme Marois avait été élue avec une confortable avance de 4 269 voix sur son plus proche rival, le candidat libéral. Mais cette fois, la chef péquiste devra composer avec un nouveau facteur : l’arrivée de plusieurs nouveaux électeurs dans son comté. En effet, plus de 15 000 électeurs, qui avaient en 2008 contribué à l’élection du libéral Raymond Bernier dans Montmorency, voteront dans le comté de Charlevoix-Côte-de-Beaupré. Par contre, le comté de Charlevoix est détenu par le PQ depuis 1994 alors que Rosaire Bertrand avait été élu.

Claire Rémillard pour le PLQ

C’est le député sortant de Montmorency, Raymond Bernier, qui a approché Claire Rémillard afin de la convaincre de se lancer en politique. La candidate possède un important bagage en politique alors qu’elle a entre autre travaillé au bureau de l’ex-ministre ministre Nathalie Normandeau comme attaché politique et attaché de presse. Elle a également travaillé pendant quelques années à l’Île d’Orléans où elle assure avoir sauvé le Manoir Mauvide Genest. Depuis quelques années, elle est consultante pour le Musée d’art contemporain et le Symposium de Baie-Saint-Paul, où elle habite. Elle a aussi été résidente de la Côte-de-Beaupré pendant plusieurs années. «C’est en politique qu’on peut changer les choses», croit la candidate qui invite tous les citoyens comme les entreprises à s’impliquer.

Ian Latrémouille pour la CAQ

La CAQ a choisi de présenter quant à elle un ingénieur forestier, père de trois enfants. Ian Latrémouille est titulaire d’un Baccalauréat coopératif en opérations forestières et d’un Certificat en administration de l’Université Laval. Ancien militant de l’ADQ, il est aussi amateur d'histoire et de patrimoine. En 2011, il a reçu le Prix de l'Ile pour la restauration de sa résidence à Sainte-Famille, où il s'est établi en 2006. Depuis, il est devenu administrateur de la Fondation François-Lamy, vouée à la mise en valeur du patrimoine architectural et culturel de l'Ile d'Orléans. «Si je suis venu en politique, c’est d’abord et avant tout pour prioriser l’éducation comme le propose le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault», dit-il.

André Jacob pour Québec Solidaire

Résident de Saint-Iréné, M. Jacob se présente dans le comté pour la seconde fois. En 2008, il avait récolté 343 voix d’appuis. Il est détenteur d’une licence en philosophie de l’Université d’Ottawa, d’une maîtrise en travail social de l’Université Laval et d’un doctorat en sociologie de l’Université de Paris (La Sorbonne). Il a fait carrière comme professeur-chercheur en travail social à l’Université Laval et à l’Université du Québec à Montréal. Polyglotte, il a aussi travaillé dans plusieurs pays (Chili, Espagne, Tunisie, Argentine, Mali, etc.) dans divers champs d’étude (immigration, racisme, développement communautaire).

Pierre Tremblay pour l’Option Nationale

Retraité depuis 2010, Pierre Tremblay détient un baccalauréat en sciences agronomiques avec une spécialisation en zootechnie de l’Université Laval. Au cours de sa carrière, il a travaillé tant en agronome que comme enseignant pour les programmes de productions animales de l’École d’agriculture de Nicolet. Il réside aux Éboulements où il est membre du Comité consultatif d’urbanisme, Les Éboulements, Charlevoix, et membre de la Société d’horticulture et d’écologie de Charlevoix. «Le temps de renouveler le paysage avec Option nationale est arrivé», croit le candidat.

Organisations: Parti Québécois, Université Laval, Musée d’art contemporain ADQ Fondation François-Lamy Coalition Avenir Québec Université d’Ottawa Université de Paris La Sorbonne Université du Québec à Montréal École Comité consultatif d’urbanisme Les Éboulements Société d’horticulture

Lieux géographiques: Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Charlevoix, Montmorency Île d’Orléans Côte-de-Beaupré Sainte-Famille Ile d'Orléans Chili Espagne Tunisie Argentine Mali Nicolet

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Gilles Brossard
    08 août 2012 - 01:13

    Vous avez raison Mme.Forest Çà fait assez longtemps que l'on a Mme.Marois. Il faut du changement.

  • Jocelyne Forest
    07 août 2012 - 12:06

    Je pense que les Québécois désirent du changement et qu'ils sont enfin prêts à faire ce qu'il faut pour obtenir des résultats à long terme et selon leurs attentes. Votons pour la CAQ et nous aurons définitivement du changement.