La fraise «Authentique Orléans» a des bienfaits sur la santé

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Des études scientifiques le prouvent

Cultivée exclusivement à l’Île d’Orléans depuis 2002, la fraise «Authentique Orléans» régularise le taux de sucre dans le sang et réduit l'inflammation cellulaire chez des personnes qui souffrent de diabète de type 2. C’est ce que confirment les résultats d’études menées par des scientifiques et des chercheurs sur les propriétés de ce petit fruit mis en marché par l’entreprise familiale Les Fraises de l'île d'Orléans.

«Les bienfaits de la fraise «Authentique Orléans» sur la santé ont été démontrés scientifiquement par une équipe dirigée par le Dr Yves Desjardins de l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF) et professeur au Centre de recherche en horticulture de l'Université Laval», était fier de souligner, ce matin, le directeur général de l’entreprise, Louis Gauthier.

Des études effectuées dans le laboratoire du Dr André Marette à l'INAF et à l'institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec ont, en effet, démontré que la fraise «Authentique Orléans» permet d'atténuer l'inflammation et les marqueurs liés au syndrome métabolique et au diabète de type 2.

«Des analyses de plasma sanguin provenant d'animaux, dont la diète comportait des extraits de fraises «Authentique Orléans» et des canneberges ont également montré la biodisponibilité de molécules reconnues bioactives. Plusieurs essais in vitro et in vivo dans un modèle animal du syndrome métabolique ont aussi démontré que les extraits de la fraise «Authentique Orléans» amélioraient l'utilisation du glucose, ce qui favorise une meilleure régulation du glucose sanguin par l'organisme», a ajouté pour sa part Sébastien Léonhart, directeur scientifique chez Nutra Canada, premier fabriquant canadien d'extraits standardisés et objectivés de fruits et légumes.

Poursuite des recherches

Une soixantaine de personnes participeront à un essai clinique qui débutera l'automne prochain sous la supervision des Docteurs Jacques et Weisnagel afin de confirmer à grande échelle chez l'humain ces effets bénéfiques étudiés chez l'animal. «Ces propriétés de la fraise «Authentique Orléans» et de la canneberge pourraient être mises à profit dans les secteurs alimentaire et nutraceutique», a précisé M. Gauthier.

Ce sont des spécialistes d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, de l'Université Laval et l’entreprise Les Fraises de l'Île d'Orléans inc. qui ont créé, caractérisé et mis en marché le cultivar de fraises «Authentique Orléans».

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Organisations: Université Laval, Universitaire de Cardiologie, Nutra Canada Les Fraises Québec Hebdo

Lieux géographiques: Île d'Orléans, Pneumologie de Québec, Beauport

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • André Petit
    30 juin 2012 - 22:46

    Je cultive un peu de fraises sur mon terrain. Peut-on se procurer des plants ? Et à quel endroit ? Merci.

  • Claude Turcot
    30 juin 2012 - 11:19

    Dans un article du Soleil du 29 juillet dernier, j'ai lu que l'université Laval procède présentement au recrutement de personnes pour les essais cliniques pour contrer le diabète. La présente pour vous informer de mon intérêt à participer à cette expérience. J'ai été diagnostiqué diabétique, il y a environ 5 ans.. Je suis âgé de 77 ans.

    • Julie Marois
      11 juillet 2012 - 14:26

      En réponse à M. Claude Turcot. Je suis professionnelle de recherche à l'Université Laval et je coordonne l'étude clinique qui se déroulera à l'automne dont il est question dans cet article. Cette étude recrute actuellement des personnes qui présentent des facteurs de risque du diabète. Malheureusement, les individus déjà atteints de diabète ne sont pas éligibles à cette étude. De plus, les individus intéressés à participer doivent être âgés entre 40 et 65 ans. Merci quand même de l'intérêt que vous avez porté à ce projet de recherche.