La réussite des jeunes avant tout

Jean-Manuel
Jean-Manuel Téotonio
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour être directeur d’école, il faut aimer s’impliquer et travailler avec les jeunes. En cette Semaine des directions d’école, voici un portrait de Simon Mainville, directeur de l’école secondaire Mont-Sainte-Anne (ESMSA), qui travaille pour atteindre un objectif ultime : la réussite des élèves.

Simon Mainville croit que pour être un bon directeur, il faut être à l’écoute et connaître son milieu.

En poste depuis un peu plus d’un an à l’ESMSA, M. Mainville a enseigné les sciences pendant une dizaine d’années pour débuter sa carrière. Après avoir complété ses études de deuxième cycle en direction d’établissement, il a occupé un poste au ministère de l’éducation pendant cinq ans pour ensuite retourner dans le milieu scolaire. «J’avais le goût de revenir plus près du terrain, explique-t-il. Ça me manquait d’être dans une école, près des jeunes.»

M. Mainville obtient alors un poste de directeur-adjoint à l’ESMSA pendant deux ans et devient directeur d’une école primaire à Charlesbourg pendant cinq ans, avant de revenir à Beaupré l’année dernière.

Tout au long de sa carrière, le directeur a toujours aimé s’impliquer, que ce soit en siégeant sur différents comités ou en tant que délégué syndical. Même s’il n’a aucun regret, il avoue tout de même qu’enseigner en classe lui manque. «On ne devient pas directeur parce qu’on aime plus enseigner, spécifie-t-il. C’est un choix de carrière.»

Influence

Ce que M. Mainville aime de son métier, c’est qu’il peut avoir une influence sur le développement de la société. «L’école est un élément important du développement social et économique d’une société», affirme le directeur. Il a également toujours aimé être en contact avec les jeunes, lui qui a été animateur au terrain de jeu et pour les scouts dans sa jeunesse.

M. Mainville estime que le principal défi d’une direction d’école est de faire réussir les élèves. Il est de son devoir de les amener le plus loin possible selon leurs capacités. «Notre grand rôle est d’orienter ces jeunes pour qu’ils puissent se réaliser individuellement», selon lui.

C’est pourquoi son équipe et lui ont introduit pour les élèves de première secondaire des profils d’intérêt, «pour permettre aux jeunes de s’orienter et de se découvrir des passions». Ce genre d’initiative permet d’augmenter la motivation et ainsi favoriser la réussite.

Milieu particulier

Partout où il passe, M. Mainville répète sans cesse que son école se retrouve dans un milieu particulier. L’ESMSA n’est pas simplement une école de banlieue, c’est l’école de la Côte-de-Beaupré, indique-t-il. Le sentiment d’appartenance y est particulièrement élevé et beaucoup de parents ont fréquenté cet établissement scolaire. Cette fierté qu’ont les jeunes pour leur école est quelque chose de très positif, soutient M. Mainville.

Il se dit d’ailleurs très satisfait des résultats obtenus par les élèves en juin dernier, grâce notamment à son personnel enseignant. «Nous avons une équipe d’enseignants qui a la réussite à cœur.»

Pour être un bon directeur, deux qualités sont particulièrement nécessaires selon lui. «Il faut être beaucoup à l’écoute et connaître son milieu», croit-il.

L'Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Organisations: école de banlieue, Québec Hebdo, école secondaire Mont-Ste-Anne

Lieux géographiques: Beaupré

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires