Deuxième séance du BAPE : les citoyens présentent leurs mémoires

Olivier Racine-Lessard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La deuxième partie des audiences publiques du BAPE s’est tenue la semaine dernière au Château Mont-Sainte-Anne. Lors de cette seconde séance, neuf personnes ou groupes se sont déplacés pour présenter leurs mémoires.

De gauche à droite : Denis Richard, citoyen, Denis Bergeron, président et François Lafond, commissaire.

Alors que les américains fêtaient le jour de leur indépendance, citoyens et associations de divers horizons présentaient leurs récriminations dans le dossier du projet de parc éolien de la Seigneurie de Beaupré – 4 aux commissaires de la Commission d’enquête du BAPE. Tout comme lors de la première séance, où les gens présents avaient pu poser des questions aux promoteurs sur le projet, les points névralgiques pour les résidents du secteurs comme le bruit pendant et après l’implantation et les impacts sur l’environnement que peuvent avoir les installations éoliennes étaient au cœur de la majorité des discussions.

Les commissaires, attentifs, écoutaient et prenaient des notes tout au long de l’exposition des mémoires qui leur était proposé. Avec tout ce qui a été soulevé lors de cette deuxième séance, il y a fort à parier que MM. Bergeron et Lafond, respectivement président et commissaire de cette Commission d’enquête, auront plus qu’il n’en faut de matériel pour concevoir leur rapport, lequel doit être remis au plus tard, le 10 octobre prochain au ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, M. Pierre Arcand.

Extraits de mémoires R2:Souvents empreints d’émotions, les mémoires relatent des témoignages tantôt poignants, tantôt choquants. En voici quelques extraits.

«Fini le chant des oiseaux, finie la pause-café à l’extérieur avec en bruit de fond la rivière Ste-Anne qui est pourtant qu’à quelques mètres de ma résidence, finies les marches tranquilles et les promenades avec la poussette avec nos petits fils… Nous sommes, par la force des choses, prisonniers de notre terrain», écrit Denis Richard, résidant du rang St-Antoine, en traitant de l’important débit de circulation lourde engendré par les travaux.

«Un tel projet industriel gaspillera le paysage, dans la région des plus hauts sommets des Laurentides. Le jour par ces superstructures horribles visibles sur les crêtes et les sommets; la nuit par la multitude de «spots» rouges, au sommet des éoliennes, qui seront bien visibles à 80 kilomètres à la ronde», mentionne pour sa part Laurent Dumas.

«Les multiples passages des véhicules lourds rendent craintifs tout acheteur potentiel qui ne veut pas vivre ce cauchemar pendant les années qu’il reste à la construction des éoliennes. Sans aucun doute, la valeur des propriétés riveraines seront donc à la baisse pendant cette même période», rapporte Me Brian A. Garneau au nom d’un regroupement de onze citoyens demeurant presque tous sur le rang St-Antoine.

Ce ne sont là que de courts passages de ce qui ont été présentés. Pour parcourir les documents complets rendez-vous au www.bape.gouv.qc.ca.

Organisations: BAPE, Commission d’enquête du BAPE, Parcs

Lieux géographiques: Seigneurie de Beaupré, Rivière Ste-Anne, Sommets des Laurentides Rang St-Antoine.Ce

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires