Côte de la Falaise : deux pistes de solution

Jean-Manuel
Jean-Manuel Téotonio
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La Ville de Beaupré a présenté deux pistes de solution pour régler le problème de la Côte de la Falaise, fermée à la circulation depuis 2008. Dans le premier cas, la Ville propose de procéder à la réfection complète de la Côte pour 2,5 M $, avec des coûts supplémentaires qui pourraient s’ajouter. Dans le second, elle propose de procéder à l’urbanisation du chemin du Camp Notre-Dame pour 1,9 M $.

Une vingtaine de citoyens étaient présents à l’assemblée publique mercredi soir dernier.

Le maire de Beaupré, Michel Paré, des conseillers municipaux et des experts ont présenté ces deux solutions mercredi soir dernier lors d’une assemblée publique tenue au centre communautaire de Beaupré. La Côte de la Falaise, qui donne accès au développement résidentiel de la Seigneurie de Beaupré, a été fermée en 2008 par le ministère des Transports du Québec à la suite d’un affaissement du sol. La stabilité est précaire en cet endroit en raison des mouvements dans le sol. Les firmes derrière la construction de la Côte auraient mal évalué ces mouvements et la route a été fermée par mesure de sécurité.

Les coûts de la réfection complète de la Côte avaient été estimés à 2,5 M $ en septembre 2011, mais ce montant pourrait fort probablement augmenter en fonction des conclusions des études qui restent à faire. Cette solution comprend aussi la canalisation du cours d’eau au pied de la Côte. Selon l’expert des sols, Kamel Hamouche, de la firme Inspec-Sol, il est impossible de se contenter de petits travaux ciblés. «Ça prend des travaux majeurs», précise M. Hamouche. La grande quantité de sols impliqués dans les travaux pourrait bien faire augmenter les coûts, croit-il.

Urbanisation

La deuxième piste de solution consiste à mettre aux normes de la ville le chemin du Camp Notre-Dame. Cette urbanisation comprend l’ajout de lampadaires, de chaînes de rue et la réfection complète du chemin. Cette option comporte moins d’inconnu, selon la Ville, et coûterait environ 1,9 M $.

Aucun plan et devis n’a été fait jusqu’à maintenant pour l’une ou l’autre des deux solutions. Il est donc impossible de connaître précisément les détails des travaux. Plusieurs citoyens parmi la vingtaine qui étaient présents ont déploré cette situation. Pour expliquer cela, le maire a souligné que l’augmentation des estimations des coûts de la réfection de la Côte de la Falaise, qui sont passées de 1,8 M $ en juin 2011 à 2,5 M $ en septembre 2011, l’a convaincu de consulter la population avant d’engager d’autres frais pour des études.

Les citoyens présents étaient plutôt mécontents que le dossier soit à leurs yeux si peu avancé. La plupart aurait souhaité avoir «des solutions concrètes et les plus claires possible». M. Paré s’est donc engagé à présenter dans tous les détails et avec l’ensemble des coûts les pistes de solution. Il a préféré ne pas se donner de date butoir pour les présenter en affirmant toutefois que cela pourrait prendre des mois.

Poursuite

La poursuite de la Ville de Beaupré contre la firme spécialisée en sol, Laboratoire sol et béton, et la firme d’ingénieurs-conseils BPR, tient toujours. La ville accuse ces deux firmes d’être responsables des problèmes de la Côte de la Falaise. La poursuite contre l’entrepreneur a par contre été abandonnée puisque ce dernier n’aurait que respecter les plans et devis qui lui avaient été fournis. L’avocat de la Ville, Me Raymond Mainguy, est en attente de la solution qui sera choisie pour en connaître son coût et ainsi fixer le montant du dédommagement exigé. L'Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Organisations: Ministère des Transports du Québec, Inspec-Sol, Ville de Beaupré Laboratoire sol BPR Québec Hebdo

Lieux géographiques: La Côte, La Falaise, Développement résidentiel de la Seigneurie de Beaupré Chemin du Camp Notre-Dame

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires