Passer l’hiver avec des pneus et jantes usagés certifiés

François
François Cattapan
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Au cours des prochaines semaines, des centaines de milliers de pneus d’hiver et jantes neuves seront comme chaque année mis sur le marché. Cette tendance s’est fortement accentuée avec la réglementation qui oblige les usagers à doter leurs véhicules de pneus d’hiver. Pourtant, il est possible de réduire simplement son impact sur l’environnement en se procurant des pneus d’hiver et des jantes usagés.

Les recycleurs de pièces automobiles usagées sont regroupés en association. (Photo ARPAC)

D’après Recyc Québec, plus de 470 000 véhicules arrivent en fin de vie chaque année au Québec. Cela représente quelque 2,3 millions de roues, pneus et jantes qui devraient suivre le chemin du recyclage et même des sites d’enfouissement.

Heureusement, un certain nombre de ces roues et pneus croisent la route d’entreprises membres de l’Association des recycleurs d’autos et de camions du Québec (ARPAC). Fondée par des recycleurs de pièces d’autos et de camions, elle se distingue par le maintien d’une activité professionnelle suivant de hauts standards de qualité de service et par la distribution de pièces recyclées garanties.

Les membres de ce réseau, présent partout au Québec, recyclent annuellement près de 50 % des véhicules usagés, ce qui représente 80 % des ventes du marché québécois des pièces recyclées, qui sont aussi appelées pièces vertes. Les pneus, roues et jantes qui se retrouvent sur leurs étalages sont des pièces garanties. Elles sont examinées et répondent à des critères stricts. Les membres de l’ARPAC sont des entreprises reconnues pour leur respect d’un code d’éthique sévère et l’application de pratiques d’affaires responsables.

Bon pour le porte-monnaie

En plus d’agir pour préserver l’environnement, le consommateur peut épargner plus de 50 % du prix d'un article neuf en optant pour les pneus, roues et enjoliveurs usagés. Comme le rappelle la Fondation québécoise en environnement, l’achat d’une pièce d'automobile de seconde vie pour un véhicule permet au consommateur de contribuer directement à réduire son impact sur l’environnement, notamment celui causé par la transformation et le transport des matières premières nécessaires à la fabrication des pièces neuves.

Chaque jour au Québec, des centaines de milliers de véhicules roulent avec des pièces usagées. Au cours des prochaines semaines, il sera opportun de se rappeler qu’on peut acquérir des pièces vertes de l’ARPAC.

Pour plus d'information et connaître la liste des membres : www.arpac.org

Organisations: ARPAC, Fondation québécoise

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires