Progression du marché immobilier plus modeste en seconde moitié de 2012

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'Étude sur le prix des maisons et les prévisions du marché de Royal LePage indique qu'au deuxième trimestre de 2012, le prix moyen des propriétés au Canada a augmenté entre 3,3 et 5,5 % échelonné sur une base annuelle. Toutefois, d'ici la fin de 2012, la firme de courtage immobilier s'attend à ce que les prix moyens se majorent de 3,2 % comparativement à 2011. Cela correspond à la progression plus modeste anticipé en début d'année, alors qu'on prévoyait une hausse d'environ 2,8 % pour 2012.

Évolution du prix des propriétés résidentielles dans les principales régions du pays. (Tableau Royal Lepage)

Au deuxième trimestre, le prix des maisons standards à deux étages a grimpé de 4,7 % par rapport à l'année dernière, atteignant 408 423 $, tandis que le prix des maisons individuelles de plain-pied a connu une hausse de 5,5 % pour s'établir à 376 311 $. Le prix moyen des appartements en copropriété standards a augmenté de 3,3 % atteignant 245 825 $. Durant cette période, les signes à travers le pays ont clairement indiqué que le marché immobilier national était à un point tournant, avec certaines régions où les prix continuent de croître tandis que dans d'autres, ils ralentissent et diminuent pour la première fois en trois ans.

«Nous avons connu trois années de forte croissance des prix dans presque toutes les provinces, explique Phil Soper, président et chef de la direction Services immobiliers Royal LePage. La confiance à l'égard du marché immobilier canadien est forte, mais le prix des propriétés ne peut pas croître plus rapidement que les taux d'inflation et l'augmentation salariale. Certaines régions ont atteint, voire dépassé, le niveau supérieur de résistance aux prix, car les acheteurs ont repoussé leurs limites d'achat pour profiter des bas taux hypothécaires.»

M. Soper fait remarquer que lorsque les moyennes nationales du prix des propriétés s'assouplissent, elles diminuent historiquement pour une courte période de temps. Suite à une période de forte appréciation des prix, le prix des propriétés canadiennes a tendance à se stabiliser plutôt que de décliner, jusqu'à ce que l'économie rejoignent les nouvelles normes de prix. La dernière chute de prix a eu lieu en 2008 et a durée seulement 11 mois, auparavant on avait eu droit à une période de 16 ans sans baisse du prix des propriétés. La plus longue période de déclin du prix national des maisons depuis 1980 s'est produit en 1995 et s'est échelonné sur 14 mois.

Variations en fonction des marchés

Tandis que la hausse annuelle moyenne demeure stable au Canada, certains marchés régionaux présentent des signes d'essoufflement, compensés par une vigoureuse hausse des prix à Toronto ainsi que dans les régions dont l'économie est fondée sur l'énergie et les produits de base, dont St. John's, Winnipeg, Saskatoon et Halifax. Regina, qui a affiché des gains exceptionnels l'an dernier, connaît encore des augmentations de prix élevées en glissement annuel dans les marchés des maisons standards à deux étages et des appartements en copropriété standards. M. Soper fait remarquer que les prix à Toronto et à Winnipeg continueront probablement de grimper, la demande n'ayant pas encore atteint son point culminant. Le faible nombre de propriétés à vendre à Toronto, particulièrement en ce qui concerne les maisons individuelles, a continué d'y stimuler le marché immobilier.

On s'attend à ce que l'activité des acheteurs d'une première habitation, qui représentent environ la moitié des acheteurs et qui est en forte corrélation avec les bas taux d'intérêt, s'amenuise en raison des modifications apportées récemment aux règles hypothécaires. «La plus récente modification, la quatrième en autant d'années, est également la plus agressive. Les conséquences se feront probablement le plus sentir auprès des acheteurs d'une première habitation. Le marché immobilier commençait déjà à ralentir par lui-même. Le moment de la mise en place de ces nouvelles normes est malheureux», note M. Soper.

Nouvelles règles d'emprunt

L'impact des nouvelles normes gouvernementales aura probablement plus de répercussions à Vancouver, où les prix actuels constituent déjà un obstacle considérable, ainsi que dans les régions où les acheteurs d'une première habitation peinent déjà à entrer sur le marché à cause de la faible croissance économique. «Au fur et à mesure que le prix des propriétés déclinera pour s'ajuster en fonction de l'abordabilité, la confiance des acheteurs s'ajustera probablement en conséquence. Dans cet environnement, les nouvelles règles hypothécaires nuiront davantage à la confiance des acheteurs que si elles étaient entrées en vigueur l'an passé, alors que les prix montaient», estime Phil Soper.

«Le cycle de l'érosion de l'abordabilité suivi par la stabilisation du prix des propriétés a commencé dans certaines régions et se fera sentir à travers le pays d'ici à la fin de l'année. Le paradoxe du marché immobilier est que ces cycles naturels de fluctuation des prix vont engendrer une certaine nervosité chez quelques propriétaires de maisons au Canada quant à la valeur de leur propriété. Ils apportent également de l'espoir et du soulagement à ceux qui ont eu de la difficulté à faire l'acquisition d'une propriété abordable ou à déménager dans une maison plus spacieuse située dans le quartier de leur rêves», ajoute M. Soper.

À propos de l'étude de Royal LePage

L'Étude sur le prix des maisons au Canada de Royal LePage est l'analyse immobilière la plus vaste et la plus exhaustive de ce genre au pays. Elle fournit de l'information sur sept types d'habitations répartis dans plus de 250 villes et quartiers d'un océan à l'autre. Le présent communiqué renvoie quant à lui à une version abrégée de l'Étude mettant en lumière l'évolution des prix des trois types d'habitations les plus courants dans 80 communautés à l'échelle du pays. Les valeurs des propriétés indiquées dans l'Étude sur les prix des maisons de Royal LePage correspondent à l'évaluation de la valeur marchande des propriétés de chaque endroit en fonction des données locales et des renseignements sur le marché fournis par les experts du secteur immobilier résidentiel de Royal LePage.

Pour plus d'information notamment sur la situation des marchés régionaux : www.royallepage.ca

(Source : Royal LePage)

Organisations: Services immobiliers Royal LePage, Royal LePageL'Étude

Lieux géographiques: Toronto, Canada, Winnipeg St. John's Saskatoon Regina Vancouver

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires