Le général refuse de s'excuser

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il dit n'avoir rien fait de mal

Le Chef de l'état-major, le général Walter Natynczyk, a dépensé 1 million de dollars des contribuables sur des vols personnels abord des appareils VIP du gouvernement canadien.

Son « jet » préféré était les Challengers que son ami Stephen Harper utilise pour voyager au Canada et autour du monde.

Natynczyk a dit qu'il ne voit aucune raison de rembourser une seule cenne des dépenses encourues pour le trransporter depuis trois ans à des matchs de hockey et de football, deux de ses sports préférés.

Lors d’une interview au réseau CTV hier, le général, qui a été critiqué ouvertement par le premier ministre Harper lui-même, a maintenu qu’il a toujours été « transparent. » Certains ont répondu ‘oui -- c’est facile de voir à travers de lui.’

« J’ai toujours fait preuve de la plus grande intégrité, » a dit le général.

Harper a répliqué que le général pourrait commencer par rembourser le gouvernement pour ses frais de déplacements personnels abord les avions du gouvernement.

Le général Natynczyk a justifié son utilisation des avions Challenger de la Force aérienne, en disant qu’à certaines occasions, particulièrement pour les matchs de hockey et de football, il avait été invité à assister à ces événements sportifs.

À d’autres occasions c’était pour participer à des dîners de collecte de fonds pour des soldats canadiens.

Le député du NPD Pat Martin a déclaré dimanche, qu’il n’y a rien de mal à se servir des appareils militaires, «mais rien ne dit que le général ne peut vraiment justifier les dépenses 100 000 $ pour aller déposer une rondelle lors d'un match de hockey.

Le général nous a coûté 400 000 $ en trois ans pour assister à six matchs de la Ligue nationale de hockey  et environ 340 00 $ pour assister à cinq matchs de la ligue canadienne de football.

En plus il est allé en avion militaire au Calgary Stampede avec son épouse, ce qui a coûté 200 000 $ aux contribuables.

Une fois il s’est servi d’un Challenger pour aller rejoindre son épouse et sa famille abord un bateau de croisière à Saint-Martin dans les Caraïbes.

Mais dans ce cas-ci,  le général avait une bonne excuse. Une réunion militaire au Canada avait duré plus longtemps qu’il prévoyait et il risquait de rater le départ du bateau.

Il a expliqué aux journalistes hier qu’il était allé voir le ministre de la Defense nationale Peter MacKay pour lui demander ses conseils.

« Il m’a répondu : ‘Prend le Challenger, Walter.' »  Donc c’est ça que le général a fait. Le déplacement a coûté 92 956  $ selon les chiffres des comptables militaires.

Le ministre MacKay n'était pas disponible hier pour vérifier l'histoire. MacKay est en Nouvelle-Zélande ou il assiste au championnat international du rugby. Il est allé en Challenger, bien sûr.

Natynczyk maintient que tous les vols qu'il a pris avaient été programmés d’avance, et que ces appareils auraient volé vide s'il n'était pas été à bord.

Avions vides sur Saint-Martin ?

«Le problème est que les avions ne sont pas assez utilisés", a-t-il dit aux journalistes. "Les avions doivent voler vide parce que nous devons maintenir la compétence (des heures de vol) des pilotes, et en effet l'équipage."

Le Premier ministre Harper voit cela d’un autre œil.

"Quand ils (les appareils militaires) sont utilisés pour les déplacements personnels ou privés, nous nous attendons de se faire rembourser le voyage à des taux commerciaux», a déclaré Harper. 

Les voyages de Natynczyk devraient également être soumis à la même rigeur qui est demandé des autres ministères, Harper a ajouté.

Ce qu’il y a de plus bête dans toute l’affaire, c’est que Harper lui-même a personnellement demandé à Natynczyk de couper environ 1 milliard de dollars du budget militaire cette année.

Et voilà que le général et le pire de la gang.

Contrairement au premier ministre et au gouverneur général, le chef de l’état-major n'est pas obligé pour des raisons de sécurité de voyager abord un Challenger .

Natynczyk tient à répéter :

"Je suis le commandant des Forces canadiennes et j'ai une responsabilité de sortir et de voir les hommes et les femmes en uniforme qui servent côte à côte autour du monde.»

Le haut commandant militaire a dit qu'il n'a pas l'intention de démissionner  et ne voit aucune raison de rembourser une cenne aux contribuables.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires