Incendies de forêt : prévenir les feux au Québec

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Quoi de plus agréable que de s'installer autour d'un feu par une belle soirée d'été? Propice aux activités en plein air, le beau temps ne doit pas nous faire oublier les mesures de prudence de base pour éviter les incendies de forêt trop souvent causés par l'homme au Québec.

Durant les derniers jours, alors que la chaleur accablait le Québec, de nombreux incendies de forêt se sont déclarés. Heureusement, la majorité d'entre eux sont maintenant contenus. D'après les chiffres de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), on observe une augmentation du nombre d'incendies. En effet, depuis le début de la saison, il y a en eu 422 alors que la moyenne des dix dernières années à la même date est de 384 incendies. Cependant, le nombre d'hectares touchés a diminué : 36 195 hectares contre 113 465 hectares en moyenne. Au Canada, environ 8 500 incendies ravagent chaque année 2,5 millions d'hectares de forêt. Près de 90 % de cette superficie a été brûlée par des incendies déclenchés par la foudre. Malheureusement, plusieurs de ces incendies sont causés par négligence d'humains et pèsent lourd dans la balance. En juillet, au Québec, un peu moins de 80 % de ceux-ci sont d‘origine humaine. Mettant directement des vies en danger, ils requièrent alors des interventions immédiates et représentent 55 % de la superficie brûlée.

Dans le contexte des changements climatiques, il faudrait pourtant redoubler de vigilance pour éviter les feux. On devrait observer dans les prochaines années une augmentation du nombre d'orages (et de la foudre), ainsi que de périodes de sécheresse. Les incendies de forêt risquent donc d'être plus fréquents et plus graves. On pense aussi que la superficie brûlée au Canada augmentera de 74 à 118 % d'ici la fin du siècle. En effet, si le réchauffement des températures n'est pas compensé par une hausse importante de la quantité de pluie, les incendies de forêt y seront plus fréquents. D'ailleurs,  la foudre pourrait en devenir la cause principale. Il y aura de plus en plus d'incendies hors contrôle et la superficie touchée par les feux échappés doublera.

Au mois de juin 2012, les États-Unis ont eu à faire face à des incendies sans précédent. Le président américain a même déclaré « l'état de grande catastrophe » dans l'État du Colorado, où les incendies ont fait deux morts, détruit près de 350 maisons et entraîné 36 000 évacuations. Outre les décès ou blessures résultant du contact direct avec le feu, la fumée ou l'air chaud, le feu projette dans l'air des particules nocives pour la santé humaine. Les feux qui brûlent en Abitibi, par exemple, projettent des particules respirables mesurables à Montréal ou à Québec voire jusqu'à New York ou Baltimore, s'ils persistent. Les feux étatsuniens font de même et contaminent le Québec. Le contact indirect avec la fumée ou l'air chaud peut également causer des décès, des blessures ou des maladies. Pendant un incendie de forêt, les consultations médicales et les hospitalisations pour diverses maladies respiratoires, comme l'asthme, sont plus nombreuses.

Les statistiques du mois de juillet au Québec montrent qu'un fort pourcentage des incendies combattus est imputable à des activités humaines. Les vacanciers sont nombreux à se rendre en forêt pour y pratiquer des activités de loisir. En forêt, les règles de prudence sont simples. Si vous êtes fumeur, n'oubliez pas de bien éteindre votre mégot et d'en disposer de façon sécuritaire. Pour les feux de camp, choisissez un endroit dégagé, à l'abri du vent et près de l'eau. Maintenez une surveillance constante sans quitter les lieux. Arrosez le feu deux fois plutôt qu'une et recouvrez les cendres de sable avant de quitter les lieux. Assurez-vous qu'il ne reste aucune fumée résiduelle. D'ailleurs, si vous trouvez qu'un seau est trop encombrant, sachez qu'il est possible de se procurer dans des magasins de plein air, plusieurs poches à eau qui sont beaucoup plus faciles à transporter. Vous n'avez donc aucune raison de ne pas éteindre votre feu correctement! Dernière règle fondamentale : respectez toujours les interdictions de faire des feux à ciel ouvert. Grâce à ces quelques conseils de la SOPFEU, de nombreux drames pourront être évités!

Un petit retour sur la semaine dernière... J'espère que votre arrachage d'herbe à poux s'est bien déroulé! Si vous ne l'avez pas encore fait, il est encore temps de s'en occuper d'ici la fin juillet. La semaine prochaine, je vous parlerai d'autres risques liés à la foudre et aux orages violents.

Une chronique Mon climat, ma santé

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires