Pelouse : conseils pour rendre votre voisin… vert de jalousie

Jacques Bélanger
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Chaque belle saison apporte avec elle de longs tapis de pelouse qui peuvent créer, chez certains propriétaires, de vives inquiétudes. Mauvaises herbes, insectes et tontes inappropriées, voilà autant de raisons pour pester contre ce gazon qui ne paye pas de mine. Voici quelques pistes de solution proposées par Jean Tremblay, président de Groupe Vertdure.

«Si vous voyez apparaître des plaques de gazon jaunies, il faut vérifier si votre terrain est infesté par des insectes de surface, comme la punaise des céréales. Un spécialiste en horticulture ornementale pourra installer un piège à insectes, qui permettra de choisir le traitement approprié.»

Règles d’une pelouse en santé

Une fois le problème des insectes réglé, le propriétaire de terrain gazonné doit respecter certaines règles qui lui permettront d’avoir une pelouse en santé. «Pour obtenir une pelouse dense, il faut ensemencer les zones à nu et effectuer un surensemencement au printemps et à l’automne. Aussi, assurez-vous de ne pas tondre votre gazon trop court. Une hauteur d’environ 7 cm (ou 3 pouces) suffit pour protéger votre pelouse de la sécheresse et réduire le risque d’infestation d’insectes et de mauvaises herbes. À ce sujet, sachez que lorsque votre gazon est plus long, les racines sont ancrées plus profond, le rendant ainsi plus vigoureux.»

Concernant l’arrosage, M. Tremblay recommande de l’oublier. «Nous ne vivons pas dans un climat où les périodes de sécheresse durent assez longtemps. Une pelouse de 7 cm permet d’économiser l’eau potable. Et, si l’arrosage s’impose, assurez-vous que votre terrain reçoive un minimum d’un pouce d’eau, sinon c’est inutile.»

Gestes à poser au gré des saisons

Au début de la saison, il est conseillé d’aérer votre pelouse. «Une fois l’an, votre spécialiste passe un appareil doté de petits pics qui creusent des trous dans votre terrain, histoire de l’oxygéner et de prévenir les amas de chaume. On procède ensuite à l’épandage d’engrais sans pesticide et la nature fera le reste.»

En résumé : un bon diagnostic sur la présence d’insectes, de l’aération, une «coupe Beatle» -c’est-à-dire pas trop courte- et un bon engrais naturel, voilà de quoi passer un bel été en compagnie d’une pelouse en santé.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires