Des jeunes appuient GesteVert à la Baie de Beauport

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une quinzaine d’étudiants du Collège des Hauts-Sommets de Saint-Tite-des-Caps ont collaboré à l’amélioration de l’environnement, la semaine dernière, à la Baie de Beauport, en participant à une corvée de ramassage de bois de grève et de déchets qui se sont accumulés sur la plage de ce site de villégiature en bordure du fleuve Saint-Laurent.

«C’est en raison des forts courants sur le fleuve que d’importantes quantités de bois de grève s’accumulent sur les berges de la Baie de Beauport chaque année. Mélangé à beaucoup de sable, le bois était anciennement collecté et transporté par camions vers un site d’enfouissement. Cette façon de nettoyer la plage avait plusieurs conséquences néfastes, tant sur le plan environnemental qu’économique», souligne Caroline Séguin, chargée de projet de GesteVert, une démarche de développement durable mise de l’avant par GESTEV, gestionnaire du site propriété du Port de Québec.

Selon Mme Séguin, les coûts annuels d’une telle opération pouvaient atteindre les 10 000$, tout en sachant très bien que le bois enfoui aurait pu avoir une seconde vie, sans penser à l’émission de gaz à effet de serre reliée au transport des résidus.

Sensibiliser les jeunes à l’environnement

Dès leur arrivée sur le site, les élèves de deuxième à cinquième secondaire ont reçu une courte formation sur la thématique du bois de grève et les pratiques sécuritaires pour le recueillir et le transformer en copeaux qui seront utilisés dans les aménagements paysagers du site.

Il s’agissait d’une première expérience pour ce groupe d’élèves à la Baie de Beauport, mais le Collège des Hauts-Sommets collabore déjà depuis plus de 12 ans à un projet semblable à la Réserve nationale de faune du Cap Tourmente, à Saint-Joachim.

C’est après avoir appris que l’enfouissement du bois allait être interdit au Québec à compter de 2014 que l’équipe de GESTEV a travaillé sur l’élaboration de nouvelles solutions afin d’être un exemple de bonnes pratiques pour les autres organisations et municipalités situées en bordure du fleuve Saint-Laurent.

«Si ce projet-pilote est un succès, nous aimerions aussi inviter la communauté et les artisans du bois à venir effectuer une corvée, au printemps prochain, afin de les sensibiliser sur la thématique du bois et sa revalorisation», a ajouté Mme Séguin.

Pour le développement durable

En collaboration avec Takt-Etik, Caroline Séguin a entrepris une démarche de développement durable de manière à définir un plan d’action pour la Baie de Beauport. Outre l’élimination du bois de grève et sa transformation en copeaux, quelques autres projets ont été réalisés en 2012 comme la création d’outils de communication pour informer les visiteurs des actions de développement durable, ainsi que la mise en place d’un système intégré de gestion des matières résiduelles à la Baie de Beauport qui sera prêt pour l’ouverture du site en 2013. Des démarches sont d’ailleurs actuellement en cours en vue d’aménager un jardin collectif à la Baie de Beauport. Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

(logo vidéo) On peut également visionner une vidéo en ligne à www.beauportexpress.com

Organisations: Groupe d’élèves, Collège des Hauts-Sommets, Groupe Québec

Lieux géographiques: Baie de Beauport, Port de Québec, Cap Tourmente Saint-Joachim.C’ Fleuve Saint-Laurent

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires