Nouveau programme d’entraide pour l’arthrite juvénile

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Centre hospitalier de l’Université Laval hôte d’une première au Canada

La Société de l’arthrite-Division du Québec a profité du mois de mars consacré à l’arthrite juvénile pour lancer, ce matin, en collaboration avec le Centre hospitalier de l’Université Laval, un nouveau programme de service d’aide et d’entraide offrant aux parents, vivant avec un enfant atteint d’une forme d’arthrite juvénile, l’opportunité de pouvoir partager leur réalité avec des pairs qui vivent la même situation qu’eux.

Le lancement du nouveau programme «AIDE entrAIDE»s’est déroulé en présence de Michelle Brisebois, directrice des services éducatifs de la Société de l’arthrite – Division du Québec, Docteure Anne-Laure Chetaille, Yves Genest, directeur régional, Est du Québec, de la Société de l’arthrite, et Manon Cloutier, coordonnatrice.<@CP> (Photo Michel Bédard)

«Ce nouveau service est offert sous le nom de «AIDE entrAIDE» et procurera aux parents un important soutien, de l’information pertinente sur la maladie, des ressources essentielles, une écoute active, ainsi que la possibilité d’être jumelés à un parent qui a fait un cheminement personnel à travers la maladie de son enfant», a souligné Michelle Brisebois, directrice des services éducatifs de la Société de l’arthrite-Division du Québec.

Grâce au support de deux compagnies pharmaceutiques, Pfizer et Amgen, principaux partenaires financiers du programme, une nouvelle coordonnatrice en la personne de Manon Cloutier sera présente deux jours par semaine à la clinique de rhumatologie-pédiatrie pour accueillir les parents et donner toutes les informations nécessaires pour les aider à résoudre ou à comprendre certaines difficultés posées par l’impact de l’arthrite chez les jeunes.

«Que vous désiriez devenir parent aidant ou que vous souhaitiez faire appel au service afin d’y trouver du support et une écoute attentive, venez me rencontrer au bureau A1356. Je serai disponible tous les lundis et vendredis de 9 h 30 à 16 h 30, que vous ayez pris un rendez-vous avec votre rhumatologue ou non», a précisé Mme Cloutier en ajoutant que l’on pouvait la rejoindre en composant le 418-656-4141, poste 71356.

50 nouveaux cas par année

Contrairement à la croyance populaire, l’arthrite ne touche pas que les personnes âgées, mais aussi des garçons et des filles de moins de 16 ans. Au Québec, l’arthrite juvénile chronique frappe plus de 1 500 enfants, soit environ un jeune par école. Des statistiques révèlent qu’une cinquantaine de cas sont diagnostiqués par année au Centre hospitalier de l’Université Laval.

L’arthrite juvénile se caractérise par une inflammation continue d’une ou de plusieurs articulations qui dure au moins six semaines et ne peut être attribuée à aucune autre cause précise. Cette inflammation se manifeste par un dégagement de chaleur, une raideur, une enflure et de la douleur.

170 M$ investis dans la recherche

La Société de l’arthrite est le principal organisme caritatif du domaine de la santé au Canada qui encourage les quelque quatre millions de personnes arthritiques au pays à profiter pleinement de la vie en leur donnant des moyens concrets pour combattre les limites que la maladie peut imposer au quotidien.

Au cours des 60 dernières années, elle a investi plus de 170 M$ dans des projets de recherche novateurs visant à élucider les causes de l’arthrite, élaborer des traitements plus efficaces et trouver un jour un moyen de guérir la maladie. Pour obtenir plus d’information sur le sujet, visitez le www.arthrite.ca

Organisations: Centre hospitalier, Université Laval, Société de l’arthrite-Division du Québec Pfizer Amgen

Lieux géographiques: Canada, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Lucie Godbout
    12 juillet 2013 - 09:01

    Bonjour, Je suis la grand-mère d'une petite fille de 2 ans et demi qui vient de recevoir le diagnostic de polyarthrite. Comment puis-je aider ma fille et mon gendre sans m'imposer.