Pauline Marois présente la plate-forme du Parti québécois pour la capitale

Thaïs
Thaïs Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

«Notre capitale a un rôle plus important à jouer que celui d’une carte postale. Avec le parti québécois, nous choisissons de faire de la Capitale-Nationale une vitrine de ce que le Québec sait faire le mieux», a lancé d’entrée de jeu la chef du Parti québécois en guise de présentation pour la plate-forme régionale de son parti présentée cet après-midi à l’ENAP. Tout comme la plate-forme nationale, celle pour Québec s’articule autour des trois thèmes du parti : s’affirmer, s’enrichir, s’entraider.

Pauline Marois était entourée des candidats du Parti québécois dans la région de la Capitale-Nationale. (Photo Thaïs Martel)

La mise en valeur et la protection du patrimoine, notamment la restauration des nouvelles casernes et la préservation de l’arrondissement historique de Sillery, ont été les premières promesses de la chef qui entend également acquérir le Manège militaire et demander compensation financière au fédéral pour les travaux à faire. «Cette blessure en plein cœur de notre colline parlementaire doit être soignée, et très rapidement», a indiqué la chef.

Les événements internationaux à Québec ont aussi l’aval du parti qui appuierait une éventuelle candidature de la capitale pour des Jeux olympiques d’hiver. «Notre souhait le plus cher, c’est que lors de ces Jeux nos athlètes atteignent les plus hauts sommets en portant les couleurs du pays du Québec» a fait savoir la chef. En attendant l’éventualité de la souveraineté, Pauline Marois a abordé la question de la représentation du Québec lors d’événements sportifs internationaux.

Des zones publiques et touristiques pour l’accès au fleuve et l’engagement à terminer la promenade Samuel-De Champlain jusqu’à la chute Montmorency ont également été abordés dans la plate-forme du côté touristique. Du côté de l’entrepreneuriat, c’est davantage de soutien pour les petites et moyennes entreprises grâce à des formations spécialisées qu’a promis le Parti québécois.

Enfin, une politique familiale pour la région et une assurance autonomie pour les aînés qui souhaitent demeurer à la maison seront discutées par un gouvernement péquiste, tout comme une stratégie d’intervention visant à réduire la prostitution dans la capitale.

Pas de cadre financier

Contrairement à Jean Charest et François Legault, Pauline Marois a refusé de chiffrer la valeur de ses engagements pour Québec, se bornant à parler de quelques millions. «Tout au plus une dizaine de millions pour mettre en place les institutions, pour soutenir la tenue d’un sommet et ses suites, pour soutenir les entrepreneurs et les laboratoires de recherche. […] Nous déposerons le cadre financier lorsque nous aurons fini d’annoncer nos engagements», a précisé la chef.

Pauline Marois a également refusé de suivre le maire de Québec, Régis Labeaume, en ce qui concerne sa demande de faire en sorte que les villes aient droit au lock-out. «Avant d’ouvrir cette boîte de Pandore qu’est la possibilité pour les municipalités d’utiliser le lock-out, moi je crois qu’il y a d’autres avenues à explorer», a indiqué Mme Marois.

Elle a toutefois indiqué soutenir les projets du maire Labeaume en ce qui concerne des projets comme le tramway et l’anneau de glace.

Groupe Québec Hebdo

Organisations: Parti québécois, Québec Hebdo

Lieux géographiques: Québec, Sillery, Promenade Samuel-De Champlain Chute Montmorency

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Guy Laflamme
    21 août 2012 - 23:44

    Personnellement, je pense que la démocratie en politique ne pourra pas exister tant et aussi longtemps que les élus (députés) seront obligés de suivre la ligne du *parti*… Ce faisant, nous n’élisons pas un gouvernement démocratique mais nous contribuons à élire un *dictateur* pour 4 ou 5 ans…Sans pouvoir le renverser, s’il obtient une majorité et qui fait passer toutes ces visions… On le voit avec M. Harper à Ottawa… - Le Canada s’est sorti du traité de Kyoto - Le Canada va investir des milliards sur des avions militaires que même les États-Unis trouvent trop chers… alors que notre volonté a toujours été d’agir avec un rôle de soutien, d’entraide et de formation… - Le Canada va faire emprisonner beaucoup plus de jeunes contrevenants même mineurs. Ce faisant, nous risquons fortement qu’à leur sortie, ils soient devenus de vrais criminels… à force d’en côtoyer en prison… et probablement avoir été violé, pour plusieurs d’entre eux.. Selon moi, la VRAIE démocratie en politique arrivera lorsque les *députés élus* seront tous des INDÉPENDANTS et de dignes représentants de leurs électeurs… et voteront les projets de lois qui auront du bon sens… en leur *âme et conscience* et non pas, pour suivre la ligne de leur parti… Pour intéresser les jeunes d’aujourd’hui et de demain, il faut davantage les impliquer et se servir de l’informatique (SMS) et de ses possibilités de consulter régulièrement (au minimum 1 fois par année) ses électeurs sur des sujets importants qui les tiennent à cœur… via l’Internet. A compter de ce moment (si cela arrive), la classe POLITIQUE gagnerait le respect des gens actuellement désabusés par les politiciens et leurs promesses non tenues et concentré sur la protection des amis du parti et des grandes institutions financières…(voir le texte de Dan Bigras) Comment se fait-il qu’aucun député libéral ne voulait de *commission d’enquête sur la construction*, en pleine convention libérale, alors que 70% de la population en réclamait une ? Parce que M. Charest est un *DICTATEUR* et les députés libéraux ont suivi la ligne du parti (du chef), comme de *bons petits moutons*… Et après une telle démonstration, ils se posent encore la question, pourquoi la population ne fait plus confiance en la gente politique ? Franchement, ils prennent vraiment la population pour des *vrais cons*…

  • jfjoubert
    jfjoubert
    17 août 2012 - 18:18

    Les Olympiques d'hiver... il nous faudrait une montagne qu'on a pas. Ou sinon, proposer une ben bonne solution à ce problème là. Ça, ça m'agace parce que j'ai l'impression qu'on nous promet n'importe quoi.