Des écofrais ajoutés au prix de certains produits électroniques

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Mesure environnementale pour atténuer l'empreinte écologique des nouvelles technologies

Les consommateurs québécois remarqueront une augmentation du coût des lampes fluocompactes au mercure et des appareils électroniques à partir d'aujourd'hui en raison de frais de gestion environnementale (écofrais). En effet, en 2011, le gouvernement du Québec a obligé les producteurs et les importateurs à mettre en œuvre un système de collecte et de recyclage de certains produits ayant une empreinte écologique importante, tels que les appareils électroniques et les lampes au mercure.

Dorénavant, des écofrais d'environ 40$ s'ajouteront au prix de certains appareils électroniques comme les gros téléviseurs à écran plat, afin d'en favoriser le recyclage. (Photo archives)

«Les détaillants s'engagent depuis des années dans le développement durable et la protection de l'environnement et conviennent de la nécessité d'une telle réglementation, affirme Nathalie St-Pierre, vice-présidente pour le Québec au Conseil canadien du commerce de détail. Toutefois, ils veulent que leurs clients soient bien au fait des coûts d'une telle mesure.»

Pour financer un tel système, les producteurs chargeront des écofrais, lesquels sont compris dans le prix d'une vaste gamme de produits visés par la réglementation. C'est le cas surtout des téléviseurs, ordinateurs et leurs accessoires (imprimantes, numériseurs, claviers et souris), téléphones cellulaires, répondeurs et téléavertisseurs, mais aussi des ampoules et lampes au mercure (tubes fluorescents et ampoules fluocompactes).

Défrayer le recyclage

Les écofrais serviront à défrayer les coûts de recyclage de ces produits, y compris les coûts de mise sur pied d'installations de collecte, de transport, de réemploi ou de recyclage. La gestion du système sera assurée par un organisme à but non lucratif, l'Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE).

«Bien sûr, les détaillants entendent se conformer à la réglementation et ils aideront à l'établissement des procédés de recyclage, ajoute Nathalie St-Pierre. De plus, nos membres participeront aux efforts de communication pour sa mise en œuvre.» (F.C.)

Pour plus d'information : www.cccd-rcc.org

Organisations: Conseil canadien, Association pour le recyclage des produits électroniques, ARPE

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires