Intervention impressionnante de la SOPFEU dans la région

Mélanie Grenier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La socitété de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) est intervenu deux fois dans la région au courant de la semaine. Mais c’est sans conteste le 31 juillet dernier que l’intervention fut la plus impressionnante. En effet, plusieurs résidents de Beaupré et Saint-Ferréol-les-Neiges ont pu observer les imposants avions-citernes, les CL-415, en plein vol, et parfois à basse altitude. Les pompiers forestiers travaillaient à éteindre un feu au Mont-Sainte-Anne.

Mardi dernier, des résidents de Beaupré et Saint-Ferréol-les-Neiges ont pu voir de près des avions-citernes de la SOPFEU en pleine action.

«Il y a eu deux incendies coup sur coup dans le secteur : un aux Sept-Chutes et un au Mont-Sainte-Anne», confirme Marcel Trudel, préposé à l’information pour le compte de la SOPFEU. Le premier incendie s’est déclaré lundi dernier aux Sept-Chutes à cause de la foudre alors que le second a éclaté mardi, au Mont-Sainte-Anne, suite à des opérations forestières. Dans le premier cas, 0,2 hectares de forêts ont été touchés et dans le second, 0,5 hectares. «Ce ne sont pas des feux qui ont présenté des problèmes particuliers», observe le porte-parole bien que celui du Mont-Sainte-Anne ait dû être atteint sur une topographie plus difficilement accessible. Seul ce dernier feu a nécessité l’intervention des avions-citernes bien que l’avion se soit déplacé pour le premier également mais n’ait pas été nécessaire.

Lourd bilan en juillet

Bien que ces feux aient été relativement peu importants, le bilan des feux de forêts a été plutôt lourd en juillet dernier. En date du 2 août, 20 incendies sont en activité au Québec et depuis le début de la saison, la SOPFEU a combattu 626 incendies qui ont détruit 36 440,4 hectares de forêt. La moyenne des 10 dernières années dénombre, à la même période, 449 incendies ayant détruit 116 121,5 hectares de forêt.

Conseils aux vacanciers

Rappelez-vous que quelques jours d’ensoleillement jumelés à un vent soutenu suffisent pour assécher le combustible forestier. Un feu de camp ou de cuisson doit être petit et ne doit jamais être laissé sans surveillance. On doit s’assurer qu’il est complètement éteint avant de quitter les lieux. La SOPFEU rappelle tant aux villégiateurs qu’aux travailleurs forestiers qu’ils doivent toujours s’informer du danger d’incendie et des mesures préventives en vigueur avant se diriger en forêt. Par ailleurs, elle tient à rappeler que la loi sur les forêts stipule qu’il est interdit de fumer en marchant ou en travaillant. Il faut s’arrêter pour le faire et bien éteindre le mégot avant d’en disposer.

Organisations: SOPFEU

Lieux géographiques: Mont-Sainte-Anne, Sept-Chutes, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires