Maltraitance des aînés

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La décision de la ministre Marguerite Blais (Le Devoir, 17/12/2010) de constituer une «chaire sur la maltraitance des personnes âgées» n’est pas mauvaise. Ce n’est toutefois qu’un coup d’épée dans l’eau.

Pour encourager les usagers des résidences à dénoncer ce qui ne va pas, pour faire disparaître les situations d’omerta entretenues par des cliques d’employés et pour assister les administrations prises entre la pénurie de personnel et les mesures correctives à apporter, il faut beaucoup plus. Il faut un ombudsman ou un vérificateur permanent avec pouvoir d’enquête dans les institutions publiques et privées afin de permettre aux langues de se délier.

Les médias nous ont fait connaître cette année une infirmière en arrêt de travail, victime notamment de harcèlement de la part de ses pairs. Cette dame n’aura peut-être pas le courage de réintégrer le réseau de la santé si rien ne se produit pour apporter des solutions efficaces aux problèmes qu’elle a mis en évidence. La Ministre doit se reprendre car cette chaire n’est qu’une mesure à l’eau de rose.

Jean-Marie Desgagné, Québec

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires