Se faire passer un Charlevoix

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

N’eut été de la mollesse servile du Québec en face des diktats d’Ottawa dans le domaine des structures de bâtiments, l’affaire des démolitions et/ou interventions, à l’endroit des hôpitaux et des écoles de Charlevoix, n’existerait probablement pas. La Régie du bâtiment du Québec est incompétente à l’égard des nouvelles exigences sismiques du Code du bâtiment pour Charlevoix. Elle ne fait que servir de courroie de transmission pour les décisions des technocrates d’Ottawa, où on s’exprime ex cathedra pour justifier des exigences délirantes.

On est presque deux fois plus sévère pour Charlevoix que pour San Francisco. Pourtant ce n’est pas au Québec que des séismes ont causé l’écroulement de structures mais bien plutôt sur la côte ouest américaine. Les exigences d’Ottawa sont le résultat d’arguments basés sur une science non exacte et sur un choix aléatoire de période de récurrence. Elles ne tiendraient probablement pas la route si Québec les contestaient avec de bons experts, ces derniers pouvant, en même temps, démystifier l’argument de la liquéfaction du sol à Baie-Saint-Paul.

Les Québécois, avec la collaboration de leur État, sont en train de se «faire passer un Charlevoix» inutilement coûteux et dévastateur.

Jean-Marie Desgagné, Québec

Lieux géographiques: Charlevoix, Québec, San Francisco Ottawa Baie-Saint-Paul

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires