Les libéraux contre tous!

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Par Alexandre Côté, Beaupré

Le mouvement étudiant qui s’étend au Québec dure maintenant depuis plus de 10 semaines mais, malgré cela, j’ai l’étrange impression que leurs motivations demeurent grandement incomprises. Des commentaires comme ceux-ci m’amènent à ce constat : « Les étudiants sont égoïstes, ils veulent refiler la facture à d’autres. », « En quoi les grévistes étudiants ont intérêt à manifester contre le Plan Nord? » ou « Les artistes n’ont pas d’affaire à se mêler du conflit étudiant. » Mais la question qui me laisse toujours le plus perplexe m’est souvent adressé à moi personnellement : « Pourquoi milite-tu en faveur des étudiants si tu ne vas plus à l’école, ça ne te touche pas? » Tant de questions qui dénotent une large incompréhension. Loin de moi l’intention de paraître prétentieux mais je vais tenter d’apporter des pistes de réponses.

Le gouvernement Charest

Premièrement, il est inévitable de rappeler que la scène politique des dernières années a été néfaste pour la vaste majorité d’entre nous appartenant à la classe moyenne. Le gouvernement actuel a augmenté la TVQ, imposé une contribution santé, doublé les frais du permis de conduire, élevé les tarifs d’électricité, contribué à maintenir les listes d’attentes dans le système de santé, etc. Lorsque Mme la Ministre Beauchamps dit vouloir augmenter les frais de scolarité pour épargner la classe moyenne, j’ai personnellement de la difficulté à y croire.

J’ai bien peur qu’avec le gouvernement actuel la classe moyenne a payé, paye et continuera à payer... Pourquoi? Une question idéologique : le parti libéral est ancrer dans le laisser-faire économique, ils épargnent les grandes entreprises et ils augmentent le fardeau de la classe moyenne. Nous allons bientôt commencer à payer pour permettre à des entreprises étrangères d’aller exploiter nos ressources dans le nord. Tout ça pour moins de 1 milliard$ en redevances annuellement. Je ne crève pas de faim, c’est vrai, mais je suis quand même tanné de voir les plus nantis s’empiffrer sans se demander si on pourra nourrir nos enfants demain. Voilà pourquoi je m’active.

Une lutte élargie

Dans ce climat d’inégalité qui sévit, le mouvement étudiant s’inscrit dans une lutte plus large. D’ailleurs, les associations étudiantes y sont allées de leurs propositions pour assurer la pérennité de nos services à tous. Développer le grand nord en suivant le modèle d’Hydro-Québec, assainir les dépenses de gestion des universités et autres entités gouvernementales ou imposer davantage les grandes entreprises (par exemple, les banques ne paient pas plus de 20% d’impôt). Je n’appuie pas le mouvement étudiant en particulier, j’appuie le principe qu’il défende de répartir la richesse intelligemment et non au détriment de la classe moyenne. Ce gouvernement n’augmente pas les droits de scolarité par souci d’équité, il le fait de façon idéologique pour continuer à augmenter les revenus des banques qui empochent les intérêts sur les prêts étudiants.

J’appuie aussi les étudiants parce que nous devons prendre conscience qu’une population unie ne peut être ignorée. Si nous laissons les étudiants se défendre seuls, nous serons aussi seuls lorsque viendra le temps de réclamer notre juste part des ressources du nord. Les étudiants sont, en grande majorité, issus de la classe moyenne et après leurs études y reviendront à nos côtés. Les étudiants sont la classe moyenne en devenir, nous sommes la classe moyenne, nous sommes la majorité.

Pas de bonbons

Évidemment, comme dans tout mouvement, on ne peut nier que certains se battent surement pour les mauvaises raisons, pour pelleter le problème dans la cour du voisin. Ce genre de phénomène est commun à toutes les luttes, certains sont toujours là pour leur profit individuel. Heureusement, il s’agit d’une minorité et celle-ci n’a pas d’impact sur l’objectif collectif : un partage plus équitable de notre richesse. L’individualisme aveugle au service du pouvoir en place s’oppose à la pensée collective qui nous rapportera à tous. On ne peut se satisfaire de quelques consolations il faut revoir les façons de faire et mater l’idéologie libérale. Oublions les divisions, leur lutte est la nôtre, unissons-nous et nous vaincrons!

Organisations: Hydro-Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires