Marie-Pier Côté a dû prendre son courage à deux mains

Marc
Marc Cochrane
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Grand Prix d’eau vive 2011

Foncer vers l'inconnu au péril de sa vie, voilà ce qu'a vécu Marie-Pier Côté, lorsqu'elle a représenté son pays à la première édition du Grand Prix d'eau vive présentée dernièrement dans les rivières les plus casse-cou du Québec.

Pour la kayakiste de Beaupré, les deux semaines de compétition demeureront mémorables vécues avec 25 autres athlètes de différents pays du monde tels l'Afrique du Sud, l'Espagne, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Russie et Suède.

«Deux semaines intenses en émotions avec des rivières déchaînées. Six épreuves obligeant à chaque fois à repousser les limites. Tel est le résumé de cet événement d’envergure mondiale unique en son genre après cette première édition», commente l'athlète de 28 ans.

De nombreux doutes

«Du début à la fin, les niveaux d’eau nous ont fait douter de bien des choses. À quel endroit sera la compétition? Est-ce que l’on pourra descendre la rivière avant. C'était une compétition avec beaucoup de décisions prises à la dernière minute étant donné l’état des cours d’eau qui étaient beaucoup plus hauts que ce que nous nous attendions. Les vagues étaient plus grosses, les rivières plus imposantes… tout était surdimensionné; et pour quelques épreuves, il a fallu que je prenne mon courage à deux mains pour les affronter», explique Marie-Pier Côté.

«Nous avons entendu quelques fois: “Nous comprendrions que vous (les filles) ne fassiez pas la course.” Mais cela ne m’a pas empêché de passer au travers des six épreuves. Malgré le fait que je me sois placée en dehors de ma zone de confort à quelques reprises, je suis bien satisfaite de ce que j’ai accompli», confie-t-elle.

Résultat final: une troisième position après les six épreuves et une première place à l’épreuve la plus technique: le slalom géant.

Parcours difficile

«Cette épreuve a été mise en place par Patrick Lévesque, du club de kayak Saguenay, qui ne nous a pas fait la vie facile avec un parcours très technique sur une rivière déchaînée qui a montée de 6 pi en une nuit rendant le parcours encore plus difficile», souligne Marie-Pier Côté qui se promet de revenir en force pour la prochaine édition.

Du 30 avril au 14 mai, elle a parcouru la province dans le cadre de trois compétitions de style libre sur les vagues et trois autres à bord d'une embarcation kayak de creek (slalom géant, contre la montre et boatercross).

Organisé par Julie Crépault-Boisvert de la Fédération québécoise de canoë-kayak d’eau vive (FQCKEV) et par Patrick Camblin de Tribe Riders, le Grand Prix d'eau vive réunissait des kayakistes professionnels afin de capturer d’impressionnantes images pour les diffuser au grand public, en espérant rendre le sport plus visible. Parmi eux, d’anciens et d’actuels champions du monde de kayak d’eau vive et de style libre.

Membre de la FQCKEV, Marie-Pier Côté participera aussi au championnat du monde de kayak freestyle en Allemagne, en juin. Elle poursuit sa recherche de financement pour sa saison 2011.

Organisations: FQCKEV, Fédération québécoise de canoë-kayak d’eau vive

Lieux géographiques: Beaupré, Afrique du Sud, Espagne États-Unis France Grande-Bretagne Nouvelle-Zélande Pays-Bas Russie Suède Saguenay Allemagne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires