Les VTT : plaisir des uns, malheur des autres

Jean-Manuel
Jean-Manuel Téotonio
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La saison des véhicules tout-terrains (VTT) bat son plein, au grand plaisir de ses adeptes. Cependant, la conduite de certains ne fait pas l’affaire de tous puisque plusieurs plaintes ont été formulées à la Sûreté du Québec de la MRC de la Côte-de-Beaupré.

La pratique du VTT est un loisir populaire mais les conducteurs de ces véhicules qui roulent à l'extérieur des sentiers balisés causent des maux de tête entre autre aux gestionnaires du Mont-Sainte-Anne.

Selon le sergent Ghislain Harnois, adjoint du poste de la SQ dans la région, les plaintes proviennent de citoyens d’un peu partout sur le territoire, notamment de Boischatel et de Château-Richer. Elles concernent entres autres la circulation sur les chaussées et sur des terrains privés ainsi que les VTT circulant le soir avec les phares éteints.

Le sergent Harnois indique qu’un certain nombre d’heures est consacré chaque année à des patrouilles dans les sentiers pour VTT et motoneiges, mais que les sorties en été sont moins fréquentes qu’en hiver. La SQ dispose de deux VTT et de quatre policiers expressément formés pour ce genre de patrouilles. «On essaie d’interpeller les délinquants, mais aussi de sensibiliser les conducteurs aux règles de conduite», indique le policier.

Problématique au Mont-Sainte-Anne

Christian Marchand, gestionnaire en entretien au Mont-Saint-Anne, en a ras-le-bol des VTT qui parcourent les sentiers de la montagne alors qu’il est interdit de le faire. «Ils détruisent gratuitement pendant que nous on paie pour entretenir les sentiers», s’insurge M. Marchand. Il affirme qu’il reçoit régulièrement des plaintes à ce sujet de la part de ceux qui font du vélo de montagne.

Le passage de VTT sur les sentiers de vélo de montagne endommage les pistes. M. Marchand souligne que lorsque les motocross «donnent davantage de gaz» à certains moments, cela crée des trous, plus communément appelés dans le domaine des «patates». Ces trous font apparaître des roches et se remplissent d’eau, ce qui rend les sentiers plus dangereux.

Ces trous retardent également l’ouverture de ces pistes l’hiver. Christian Marchand précise que six pouces de neige sont nécessaires pour que ces sentiers soient praticables. «Quand ils passent en VTT et qu’ils creusent des trous de six pouces, ça veut dire qu’il faut 12 pouces de neige», se désole-t-il. Cela crée du travail supplémentaire et des pertes financières pour le Mont-Sainte-Anne.

La direction fait appel à des patrouilleurs à vélo pour surveiller et pour tenter de bloquer les VTT. Des injonctions ont été envoyées à certains conducteurs de VTT leur indiquant qu’ils n’étaient plus les bienvenus au Mont-Sainte-Anne.

Amendes

La majorité des infractions à la Loi sur les véhicules hors-route sont passibles d’amendes de 100 $, plus les frais. L’amende peut atteindre 344 $ si le VTT n’est pas immatriculé.

Trois accidents impliquant des VTT se sont produits sur la Côte-de-Beaupré, dont un mortel. Daniel Larouche, le représentant syndical des employés de la White Birch, est décédé le 29 avril dernier à Saint-Ferréol-les-Neiges lorsque le VTT dans lequel il prenait place a versé sur le côté.

Le sergent Ghislain Harnois rappelle que les conducteurs doivent porter un casque, circuler sur les sentiers balisés, avoir minimum 16 ans, posséder un permis valide pour traverser une chaussée et respecter le nombre de passagers.

Organisations: SQ, Mont-Sainte-Anne Christian Marchand

Lieux géographiques: Passage de VTT, Boischatel, Château-Richer Sainte-Anne Côte-de-Beaupré Saint-Ferréol-les-Neiges

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires