Guillaume DeLorenzi : de Boischatel au Bellator

Mélanie Grenier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Connaissez-vous les Arts Martiaux Mixtes ? Peut-être pas mais si on parle de combats ultimes, là, ça vous dit quelque chose ? Et bien peu importe que vous le connaissiez par son nom officiel ou son nom «plus vendeur», c’est bien ce sport que pratique l’athlète de 28 ans de Boischatel, Guillaume DeLorenzi. Celui qui s’entraîne au Nordik Fight Club de Québec et parfois aussi, à Montréal, au même club que Georges St-Pierre, s’apprête à livrer son premier combat dans la ligue Bellator; une ligue d’envergure internationale, la deuxième en importance derrière l’Ultimate Fighting Championship (UFC).

C’est en 2006 que l’athlète surnommé «Il Toro» a commencé sa carrière dans le sport. Rapidement, il a fait la démonstration de son talent. Son bilan impressionnant est de neuf victoires et une défaite. Cette unique défaite est survenue en 2010, contre un adversaire plus lourd et s’est soldé par une rupture du ligament croisé. «Il a dû tout arrêté. Il a subi une opération dans les deux genoux», explique Yohan Demers, président du Nordik Fight Club. Rétabli depuis peu, le bilan de DeLorenzi lui a malgré tout valu d’être sélectionné par l’organisation du Bellator. «C’est la première fois que l’un de nos combattants se rend à un si haut niveau», annonce fièrement M. Demers.

Un combat déterminant

Sa première apparition au Bellator sera présenté le 2 novembre au Casino Rama à Rama en Ontario. «Ce combat sera déterminant pour «Il Toro» afin d’assurer sa place dans le tournoi», explique M. Demers. En effet, même s’il est assuré de participer à au moins quatre combats sur une période de deux ans, Guillaume DeLorenzi a tout intérêt à offrir une bonne performance puisque des bourses intéressantes sont offertes et il court même la chance de mettre la main sur une bourse de 100 000 $ s’il remporte le championnat des poids plumes, sa catégorie. «Il Toro» est le seul québécois à être sous contrat avec l’organisation qui lui offrira une visibilité mondiale. «J’ai été maintenu à l’écart des AMM depuis assez longtemps maintenant, ça va être un sentiment indescriptible de remonter enfin dans la cage et de montrer au monde entier de quoi je suis capable», ajoute l’athlète pour sa part. Avis aux amateurs, les matchs du Bellator sont diffusés à RDS. «Il Toro» le seul québécois à être sous contrat avec l’organisation qui lui offre une visibilité mondiale

Un sport qui gagne en popularité

Longtemps mal-aimé, le combat ultime est un sport qui gagne en popularité, entre autres grâce aux performances de Georges St-Pierre. «Notre club compte environ 300 membres dont environ une cinquantaine qui espèrent se rendre jusqu’à un niveau professionnel, explique le président du Nordik Fight Club. C’est un sport qui est en grande effervescence partout», assure M. Demers qui est aussi promoteur d’événements de combats ultimes dans la région de Québec.

L'Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Organisations: Nordik Fight Club, Casino Rama, Québec Hebdo

Lieux géographiques: Boischatel, Ontario, Région de Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires