Le Mont-Sainte-Anne accueillera l’élite

Jean-Manuel
Jean-Manuel Téotonio
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’élite québécoise du ski aura finalement un endroit où s’entraîner adéquatement près de chez eux. Le gouvernement du Québec a accordé une subvention de 2,5 millions pour la création d’un centre d’entraînement haute performance au Mont-Ste-Anne.

Une centaine de skieurs québécois d’élite profiteront des nouvelles installations, selon Daniel Paul Lavallée, directeur général de la Fédération québécoise de ski alpin.

Pour Daniel Paul Lavallée, directeur général de la Fédération québécoise de ski alpin-Ski Québec Alpin, il s’agit de l’aboutissement de trois ans de travail. Selon lui, la mise sur pied du centre d’entraînement de ski alpin, de ski de fond et de planche à neige est une excellente nouvelle pour les athlètes québécois qui n’auront plus à se rendre dans l’ouest pour s’entraîner.

Tel que dévoilé dans Le Soleil récemment, on peut lire dans la Gazette officielle du Québec que la subvention est un remboursement d’emprunt à la Fédération québécoise de ski alpin. Un bâtiment réservé aux athlètes sera construit. On y trouvera des salles pour visionner des vidéos et pour l’échauffement. La piste Bélanger, qui sera élargie et plus abrupte, débutera à l’intérieur du bâtiment. Des canons à neige seront rajoutés et les deux pompes d’enneigement seront remplacées.

Positif pour les athlètes

M. Lavallée estime que ce centre sera bénéfique pour les athlètes. «Ce n’est pas que l’on aime pas aller dans l’ouest. Le ski là-bas est extraordinaire. Mais toujours être parti de la maison et être en voyage, c’est moins plaisant», croit-il. Certains jeunes étant à la fin du secondaire ou au cégep, il n’est pas toujours évident de faire concorder les horaires. «Cela en a sûrement découragé certains», croit le directeur général.

Ce dernier juge que ce centre d’entraînement incitera les athlètes à pratiquer leur sport plus longtemps et ainsi améliorer leurs performances à long terme. «C’est un sport de longévité, explique-t-il. Les performances arrivent tard, vers 28-30 ans.» Il ajoute que plus les athlètes voyagent, «plus ils vont brûler la chandelle rapidement».

La proximité d’un centre d’entraînement est d’ailleurs ce qui avantage les Européens. «Ils grandissent en montagne, à la maison. Il débute chez eux», explique M. Lavallée. Le fait de se trouver à proximité de tout en tout temps fait en sorte que les skieurs européens se fatiguent moins rapidement de leur sport.

Les skieurs québécois se rendent dans l’ouest vers la mi-novembre et ne reviennent dans la province qu’aux Fêtes en raison des compétitions qui suivent l’entraînement. M. Lavallée estime que ce séjour coûte environ 6 000 $ par athlète. Il espère même que la compétition Nor-Am, à Lac-Louise, puisse éventuellement avoir lieu sur la future piste rénovée du Mont-Sainte-Anne.

Attente de confirmation

Du côté du Mont-Sainte-Anne, on attend la confirmation officielle puisque l’organisation ne faisait pas partie des discussions. «Nous serions très heureux de l’avoir. Ce serait un atout pour la région», indique Lisa-Marie Lacasse, chef de service aux communications. Le Mont-Sainte-Anne profiterait des nouveaux équipements pour aménager une boucle de ski de fond au sommet de la montagne. Il serait possible d’enneiger l’ensemble de la boucle très tôt en saison alors qu’elle est déjà reconnue pour ouvrir rapidement, avec seulement 10 centimètres de neige.

Organisations: Fédération québécoise de ski alpin

Lieux géographiques: Piste Bélanger, Fêtes, Lac-Louise

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires