Accident mortel: Le maire de Saint-Hilarion assure des mesures à court terme


Publié le 12 mars 2017

Rénald Marier, Caroline Simard et Claudette Simard

©(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

ROUTES. Le maire de Saint-Hilarion, Rénald Marier, semblait visiblement bouleversé par l'accident qui a coûté la vie à un couple de Québec dans la petite municipalité de Charlevoix. Il assure que des mesures seront prises rapidement pour éviter qu'un tel drame se reproduise.

Alors qu'un couple perdait la vie samedi matin dans une collision à Saint-Hilarion, le maire de la municipalité, Rénald Marier, la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard et la préfète de la MRC de Charlevoix, Claudette Simard, ont fait entendre leur cause lors d'une conférence de presse qui annonçait des investissements routiers dans la Capitale-Nationale.

En février 2016, le maire de la municipalité de Saint-Hilarion, Rénald Marier, a fait la demande au ministère des Transports d'installer un feu clignotant à l’intersection du chemin Cartier et du 1er Rang. Une femme y a péri, en décembre 2015, dans un accident semblable à celui qui a coûté la vie de René Fiset et Manon Fortier samedi matin. Il s'est alors fait répondre que cette route était de juridiction municipale, a expliqué Caroline Simard.

Un plan d'intervention pour la sécurité routière était déjà en branle depuis octobre 2015, avant même l'accident qui a fait une première victime, a laissé savoir la préfète de la MRC de Charlevoix. Ce plan d'intervention a été accepté la veille du drame par le ministère des Transports. La députée de la MRC, Caroline Simard, a assuré que l'intersection du Chemin Cartier du 1er Rang y est identifiée comme prioritaire.

Des mesures temporaires à court terme seront rapidement prises par la municipalité à cette intersection. On peut penser à installer un «quatre-stops», en attendant qu'une décision finale soit prise a suggéré le maire de Saint-Hilarion.

Parmi les solutions à plus long terme envisagées, Caroline Simard a mentionné qu'un carrefour giratoire ou des feux clignotants pourraient être envisagés. «On a des devoirs à faire», a affirmé le maire de la petite municipalité, qui trouve les délais très longs, considérant que des gens ont perdu la vie. Il n'est pas assuré qu'une solution permanente sera mise sur pied d'ici la fin de l'année, mais le maire se fait rassurant quant à la mise en place d'une solution temporaire rapidement.

L'intersection, malgré qu'elle soit considérée comme conforme puisque le panneau d'arrêt est jugé bien visible et réglementaire, demeure problématique.