Boischatel: le maire Yves Germain ne sollicite pas de sixième mandat

Après 19 ans en fonction


Publié le 14 mars 2017

Le maire de Boischatel, Yves Germain

©(Photo TC Media – Mathieu Turgeon)

MUNICIPAL. Après plusieurs mois de réflexion, le maire de Boischatel, Yves Germain, a décidé de ne pas solliciter un sixième mandat. Il précise toutefois que l'élection municipale n'est qu'en novembre et qu'il lui reste encore plusieurs projets en tête.

«C'est une décision que je ne prends pas sans un pincement au cœur, parce que c'est un honneur d'être maire de Boischatel. Ça a été une expérience formidable, je me suis beaucoup amusé», a-t-il expliqué.

Ce qui aura entre autres pesé dans la balance, c'est la durée de la période qu'une nouvelle élection aurait impliquée. «Un mandat, c'est quatre ans. Quand tu t'engages, c'est que tu es convaincu de faire les quatre ans. Deux ans, ça aurait été le fun, mais tu ne peux pas faire deux ans. Le 1er novembre, ça va faire 19 ans [qu'il est maire]. À ce moment, j'aurai 69 ans. Je veux prendre un peu de temps pour en profiter pendant que la santé le permet.»

Yves Germain n'a pas caché que son choix fera certainement quelques déçus. «Depuis quelques mois, j'ai reçu plusieurs invitations à continuer, autant de citoyens que de collaborateurs. Malgré tout, c'est une décision murement réfléchie.»

D'ici au 5 novembre, le maire indique qu'il poursuivra son travail avec la même énergie. «Même si j'en fais l'annonce, ce n'est pas fini. Il reste encore huit mois et nous avons encore plein d'idées en tête.»

Revenons en 1998

Le 1er novembre 1998, Yves Germain est élu maire de Boischatel, «face à deux autres candidats et aura toujours eu un opposant à chaque élection, sauf celle de 2013 où il a été élu pour la première fois sans opposition».

Le maire a profité de son annonce pour revenir sur les grands moments de ses cinq mandats. «Nous avons réalisé plusieurs projets majeurs: que ce soit l'hôtel de ville, le centre sportif, la caserne de pompiers, ou encore l'amélioration de certaines infrastructures comme la réfection de l'avenue Royale et la côte de l'Église. Au cours de ces 19 années, la population est passée de 4200 à 7800 personnes», s'est-il réjoui.

Selon lui, son long passage à la mairie aura été rendu possible en grande partie par l'appui de sa famille. «Ma femme Christiane a été d'un support au cours de ces 19 ans. On ne peut pas s'investir comme ça en politique sans ce genre de support. Le fait que mes deux filles s'installent à Boischatel a aussi pesé dans la balance. Je sentais une fierté de mes quatre petits-enfants qui disent à l'école que leur papy est maire de Boischatel.»

Les élections municipales se tiendront le 5 novembre. Sur la Côte-de-Beaupré, Parise Cormier (Saint-Ferréol-les-Neiges), Frédéric Dancause (Château-Richer), Pierre Renaud (Beaupré) et Pierre Lefrançois (L'Ange-Gardien) ont déjà confirmé qu'ils se représenteront.

TC Media