Sections

La Côte-de-Beaupré choyée par le tourisme de Québec


Publié le 7 septembre 2017

Ce pourrait bien être l'un des meilleurs étés pour la Côte-de-Beaupré.

©(Photo TC Media – Prisca Benoit)

TOURISME. Tout indique que la Côte-de-Beaupré connaîtra une excellente saison touristique, un phénomène qui s'explique par l'affluence abondante des visiteurs à Québec.

S'il est trop tôt pour avancer des chiffres précis, le conseiller au développement touristique chez Développement Côte-de-Beaupré, David Dorion, constate que l'achalandage touristique est au rendez-vous cette année sur la Côte-de-Beaupré. «Ce qu'on ressent, c'est qu'on a vraiment une bonne année, autant au niveau de l'hébergement que de la restauration et des attractions.»

Il faut dire que la région voisine, la ville de Québec, connaît elle aussi une année fantastique, comparable à 2008 avec les fêtes du 400e. «L'une des raisons qui expliquent ce succès, c'est le ruissellement de l'achalandage de Québec jusqu'à chez nous», croit M. Dorion. Il faudra cependant attendre quelques mois encore pour avoir le portrait chiffré de la situation.

Sur le terrain

Sans nul doute, l'achalandage touristique important à Québec des deux dernières années s’est fait sentir à l'Auberge Baker de Château-Richer. «Pour les chambres, c'est certain que ç'a eu une incidence, mais pour le restaurant, ça reste aléatoire», rend compte le propriétaire des lieux, Gaston Cloutier. Il constate que le marché de la restauration se concentre toujours plus à Québec. Pour le reste de l'été, le propriétaire remarque que les réservations se poursuivent, «mais c'est difficile à dire précisément», nuance-t-il.

Le restaurant Saint-Bernard à Beaupré connaît aussi une bonne saison, similaire à ce que l'établissement avait connu l'été passé. «Avant, les mois de février et mars étaient nos meilleurs mois, avec les semaines de relâche, raconte le gérant du restaurant, Johan Bolf. C'est maintenant les mois de juillet et août.» Il remarque que le taux de change bas apporte aussi plusieurs touristes américains et européens. «Plusieurs vont louer un condo au Mont-Sainte-Anne, et quand ils sont tannés de manger à la maison, ils viennent nous voir», ajoute-t-il.

Plusieurs autres sites de la région connaissent aussi un boom d'achalandage. C'est notamment le cas au Canyon Sainte-Anne de Saint-Joachim, où la file pour le nouvel Air Canyon ne ment pas, pouvant aller jusqu'à une heure d'attente. La microbrasserie des Beaux Prés accueille elle aussi son lot de visiteurs, particulièrement lors de la tenue d'événements. «Les gens de l'extérieur sortent beaucoup, observe la copropriétaire de la microbrasserie, Johanne Guindon. On a eu un gros boom lors du Festif! de Baie-Saint-Paul.»