Le premier Noël après le décès d’un être cher…

Publié le 24 novembre 2016

La période des Fêtes peut s’avérer particulièrement éprouvante pour les personnes endeuillées.

©Ihar Ulashchyk

Le premier Noël qui suit la perte d’un être cher peut s’avérer particulièrement éprouvant. Les célébrations des Fêtes, qui sont habituellement synonymes de bonheur et de joie, prennent soudainement un tout autre sens. Comment réussir à apaiser la douleur et à surmonter cette épreuve difficile?

Vivre le deuil à sa façon

Vous craignez d’assombrir par votre tristesse les moments qui devraient être joyeux, si bien que Noël devient une source inattendue d’angoisse et d’inquiétude? N’ayez pas peur de refuser les invitations par crainte de blesser vos proches.

Soyez honnête et partagez vos émotions avec eux. Ils comprendront si vous ressentez le besoin de passer un moment en solitaire pour vivre votre deuil. Toutefois, si la tristesse devient trop envahissante, il est primordial que vous ne portiez pas seul ce lourd fardeau. Ne cachez pas votre souffrance : parlez-en avec un être cher.

Poser des gestes symboliques

Plutôt que de redouter le temps des Fêtes, essayez de considérer cette période de l’année comme une occasion de resserrer les liens qui vous unissent à ceux qui sont encore parmi vous. Apprivoisez l’absence de l’être aimé en instaurant de nouvelles traditions avec vos proches.

Parlez de la personne disparue — ou observez une minute de silence en son honneur — et rendez-lui hommage tous ensemble. Laissez votre peine s’exprimer et traduisez-la par des gestes ou des paroles symboliques.

Quelle que soit l’approche préconisée, rappelez-vous que le soutien de vos proches est la clé pour traverser cette douloureuse épreuve.