Quel genre d’amoureux êtes-vous?

Publié le 31 août 2015

Quel genre d'amoureux êtes-vous?

©gracieuseté

Souvent, les individus possédant des qualités et des défauts semblables ont tendance à former un couple (Qui se ressemble s’assemble!). Or, l’adage Les contraires s’attirent s’avère gagnant pour certains couples. Qui dit vrai? Selon les experts, chaque type d’union amoureuse comporte son lot d’avantages, mais aussi de revers.

Les fusionnels

Ils pensent la même chose, sont toujours d’accord et font tout ensemble. Bref, ils ne semblent faire qu’un. Toutefois, comme l’un ne vit que pour et à travers l’autre, cela crée une certaine relation de dépendance affective. L’absence de l’autre, ne serait-ce que pour une fin de semaine, est difficile à vivre. Le couple fusionnel a aussi tendance à s’isoler du reste du monde, car les deux partenaires se suffisent à eux-mêmes.

Les contraires

Ils ne sont pas une copie conforme l’un de l’autre, loin de là! Pour eux, vivre avec leurs différences met du piquant dans le quotidien (exit la monotonie!). Parce que chacun a une personnalité qui lui est propre, ils se complètent. Or, être différent est une chose; avoir des caractères incompatibles en est une autre. Les valeurs prônées par les deux doivent être les mêmes (le désir ou non d’avoir des enfants, la religion, la culture, les traditions, etc.), autrement l’union est vouée à l’échec.

Il y a aussi les amoureux-amis (ils sont plus amis qu’amants). En outre, certains experts soulignent l’émergence du couple «fissionnel», union au sein de laquelle chacun des partenaires reconnaît le besoin d’indépendance de l’autre et s’autorise un degré d’autonomie variable. C’est ce que l’on peut aussi appeler un couple «ouvert». Là aussi, les bénéfices se font aussi nombreux que les pièges à éviter.

En résumé, les experts en relation de couple s’entendent pour dire que l’important, pour les deux partenaires, est de développer une intimité émotionnelle. Ils doivent avoir un maximum d’atomes crochus et d’affinités, mais ils peuvent aussi avoir des personnalités et des champs d’intérêt différents. De plus, la cohabitation n’est plus un critère essentiel.