Le transport et l'alimentation au cœur des besoins d'aujourd'hui

Association bénévole de l'Île d'Orléans

Publié le 30 novembre 2016

SOUTIEN. Depuis 1989, l'Association bénévole de l'Île d'Orléans (ABIO), un organisme sans but lucratif, sert la population de l'Île en offrant divers services de maintien à domicile à plusieurs centaines de bénéficiaires. Depuis quelques années, deux de ces offres, le transport et la popote roulante, ont vu leur taux de demande grandement augmenter.

En poste depuis le 19 septembre dernier, la directrice Dominique Loiselle observe une forte tendance qui a mené à sa nomination. «Il y a une tendance à la hausse de la demande de services. Ça prenait une structure un peu plus formelle, plus administrative. La base de notre mission, c'est de garder les gens à la maison le plus longtemps possible, à l'aide de soutien bénévole.»

Selon la directrice, les services de transport et de popote roulante sont les plus demandés. «Présentement, la popote est vraiment ce qui demande le plus d'énergie en termes de service, car c'est notre service vedette. Le transport également,  parce que c'est un grand enjeu. Que ce soit un petit déplacement ou un déplacement au centre-ville, les gens sont de plus en plus amenés à se déplacer pour des rendez-vous médicaux. Je pense que c'est un service qui va prendre de l'ampleur dans les prochaines années.»

Quant au service le plus populaire, il est adapté en fonction des besoins et restrictions des bénéficiaires. «La popote est servie trois midis par semaine, le mardi, mercredi et jeudi. C'est un repas chaud que les gens reçoivent à la maison et qui est fait par une nutritionniste du centre Alphonse-Bonenfant (Saint-Pierre-de-L'Île-d'Orléans). Le menu varie sur cinq semaines.»

Le temps de consolider

Afin d'aider un maximum de personnes, l'ABIO offre plusieurs différents services: la visite d'amitié, le répit pour proche aidant, l'accompagnement en fin de vie, télé-bonjour, l'aide à la compréhension de documents, le dépannage, le transport et la popote roulante.

Pour le futur, Dominique Loiselle ne croit pas qu'il serait sage de continuer à s'étendre en créant de nouveaux services. «On pense consolider nos services actuels et ça serait prématuré de parler d'en instaurer des nouveaux. Par contre, on essaye de trouver des façons d'enlever la pression sur la popote. Notre problème est alimentaire et la popote, on ne pourra pas la développer indéfiniment. L'idée, ça serait de développer un service qui pourrait enlever de la pression, par exemple pour des gens qui peuvent cuisiner, mais qui ont besoin d'aide.»

Une équipe motivée avec un objectif précis

En plus des services offerts, l'ABIO a une vocation informative. «On a aussi une mission d'information et de prévention, c'est pour ça qu'on donne des conférences. Pour une deuxième année, nous avons une programmation officielle avec des professionnels de leur sujet», explique Dominique Loiselle.

La directrice décrit son équipe de bénévoles comme un groupe assez hétérogène. «C'est assez égal, mais il y a un peu plus d'hommes, surtout au niveau des transports. C'est vraiment ouvert à tous. On a des personnes à la retraite, mais aussi du milieu actif.»

Pour plus d'informations sur l'Association Bénévole de l'Île d'Orléans, consultez le www.abiorleans.ca.

Québec Hebdo