Un mandat fructueux pour Francis Lavoie en Amérique du Sud

Village Monde

Publié le 21 décembre 2016

EXPLORATION. Après avoir annoncé son projet en mars dernier, puis l'avoir agrandi un mois plus tard, Francis Lavoie est parti faire de l'exploration en Bolivie et au Pérou, afin de permettre à Village Monde d'y développer du tourisme villageois responsable. Au total, il a visité une trentaine de communautés.

La priorité de l'organisme basé à Cap-Rouge étant de trouver des hébergements pour les voyageurs intéressés par ce genre de tourisme, Francis Lavoie s'est rapidement mis au boulot en atterrissant en Bolivie. «J'avais d'abord des gens à rencontrer, mais trois ou quatre jours après [son arrivée], j'ai commencé l'exploration.»

Dès son premier village bolivien, l'explorateur a rapidement vu qu'il n'était pas venu pour rien. «Je voyais du potentiel partout! Je me suis mis à la pêche aux informations en me basant sur les critères établis par Village Monde. Il fallait établir les communautés qu'on pourra appuyer ou voir ce qui peut être changé. Je me suis vite rendu compte que les besoins ne sont jamais les mêmes de village en village», explique le natif de L'Ange-Gardien.

Ce qu'il retient de son voyage: «Le tourisme durable et équitable peut assurer un meilleur avenir et contrer l'exode vers les villes. C'est rassembleur pour les communautés et ça nous ramène aux racines. Lorsque l'on vit l'expérience [qu'il a vécu], on comprend mieux, on a plus de respect au niveau humain. Il faut accueillir cette façon de voyager.»

Personnellement, Francis Lavoie affirme avoir lui-même changé. «Maintenant, quand j'arrive dans une grande ville, je suis moins émerveillé que je l'ai été dans les communautés d'Amérique du Sud. Ma notion de voyage a aussi changé.»

De bons moments, d'autres plus difficiles

Dans la plupart des villages, on a vu d'un bon œil l'arrivée de l'explorateur québécois. «Quand il y avait déjà un petit flux de touristes dans la région, l'ouverture se faisait plus facilement. Les gens sont souvent très fiers d'être une source d'attraction. Ils sont fiers qu'on s'intéresse à eux. On ressent tout de suite que notre expérience est authentique.»

La culture a été un élément qui l'a beaucoup frappé. «Chaque endroit a sa culture. On se rend compte que le monde est diversifié. Tout était différent: la culture, la mythologie, l'alimentation, la vie totalement!»

Tout n'a toutefois pas été parfait à 100% pour le voyageur. «Je n'ai pas bougé autant que je l'aurais voulu. Des manifestations ont beaucoup nui à mon parcours, mais je ne me suis jamais senti en danger», explique le nouveau conseiller en développement chez Village Monde.

Dans les villages, une embuche est revenue à quelques reprises. «Les gens ne voient pas toujours le potentiel d'attraction de leur communauté. Parfois, ils font moins attention.»

Et maintenant?

De retour au Québec, Francis poursuit son projet avec la formulation d'un rapport d'exploration. «On est en train d'évaluer les bénéfices. Avec notre nouvelle plateforme [2017] pour les réservations, on va faire la promotion des hébergements choisis.»

Les villages pourront être appuyés de deux façons par Village Monde. «En partenariat avec Uniterra, des volontaires "longue durée" pourront être envoyés. Nous pourrons aussi développer des projets ou des infrastructures avec les gens des communautés. On va essayer de voir ce qu'on peut faire là-bas», conclut-il.

TC Media