Stanvick renonce à son enquête préliminaire


Publié le 20 février 2017

Dalton Robert Stanvick est le militaire accusé de l'agression au couteau à Val-Bélair.

©(Photo tirée de Facebook)

TRIBUNAL. Le présumé agresseur à l'arme blanche d'un jeune couple dans une résidence de Val-Bélair, l'automne dernier, était de retour au palais de justice Québec lundi. Par le biais de son avocat, Dalton Robert Stanvick a signifié son intention de passer outre à la tenue d'une enquête préliminaire.

Aussitôt, la juge Hélène Bouillon a cité l'accusé à procès. Le jeune militaire de 22 ans fait face à trois chefs d'accusation pour voies de fait graves, voies de fait armées et voies de fait causant des lésions.

Stanvick a également modifié son choix initial d'être entendu devant un juge et un jury, pour opter en faveur d'un procès devant juge seul. Il reviendra le 27 mars à l'étape de la déclaration et de l'orientation.

Rappelons que deux personnes ont été blessées à coups de couteau lors de l'agression survenue en plein après-midi, le 16 novembre, dans un domicile de la rue Chanteclerc du secteur Val-Bélair. Le suspect de 22 ans avait alors pris la fuite pour être retrouvé par les policiers en début de soirée, peu avant 19h, à Saint-Gabriel-de-Valcartier.

Les victimes sont une femme et un homme dans la trentaine. Ils avaient tous deux eu besoin d'être transportés dans un centre hospitalier. Elle pour soigner des lacérations mineures, lui ayant été plus grièvement blessé.

Installé à Québec depuis février 2014, le membre du 5e Régiment de génie de combat originaire de Nouvelle-Écosse a recours au service d'une traductrice. Présent dans le box des accusés, il demeure détenu durant les procédures après avoir contrevenu à une de ses conditions de remise en liberté émises lors de son enquête sur cautionnement.

TC Media