Changement de vocation pour le couvent des Rédemptoristines

Guillemette Propriétés


Publié le 10 février 2016

IMMOBILIER. Le couvent des Rédemptoristines, situé en haut du chemin de croix à la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, est passé aux mains d'un nouveau propriétaire au printemps passé, Yanik Guillemette, qui tient à lui redonner une nouvelle vie.

La vieille bâtisse, classée comme bâtiment patrimonial en 2001, a été habitée par les sœurs Rédemptoristines durant le siècle dernier, jusqu'à ce qu'elles déménagent à Québec au milieu des années 1990. Après quelques locataires, le couvent est resté inoccupé pendant quelques années. Propriété des pères Rédemptoristes, ceux-ci ont décidé, deux ans avant la vente, de ne plus chauffer l'édifice.

Lorsqu'un immeuble est cité historique, les propriétaires sont tenus d'entretenir l'extérieur du bâtiment, faisant fi de ce qui se trouve à l'intérieur. «C'était une immense bâtisse à s'occuper, rapporte le père rédemptoriste, Bernard Gauthier. La charge était trop lourde pour continuer de chauffer.»

Qu'à cela ne tienne, Yanik Guillemette a vu le potentiel dans le bâtiment et désire en faire un centre de services funéraires au cours des prochaines années. «On veut garder l'enveloppe extérieure, mais rénover complètement l'intérieur, explique le nouveau propriétaire. On croit que ce serait complémentaire à l'offre du sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupré.» Il cite en exemple la maison Gomin, une ancienne prison pour femmes sur le boulevard René-Lévesque à Québec qui accueille désormais des services commémoratifs.

Inquiétudes balayées

D'abord sans nouvelles du nouveau propriétaire à l'achat de la bâtisse, le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré, Jean-Luc Fortin, se fait rassurant. À ses dires, tout s'est régularisé entre M. Guillemette et la municipalité au cours des dernières semaines. «Il y a eu une période de transition, mais maintenant, tous les comptes de taxes sont à jour, affirme-t-il. Quand quelqu'un répond quand on l'appelle et que ses affaires sont réglées, on essaie d'être de bons partenaires.»

Quelques citoyens des parages s'inquiétaient de l'état des lieux, où les branches et les clôtures jonchent le terrain. Selon Jean-Luc Fortin, le tout devrait être nettoyé au printemps, à la fonte des neiges. Quant aux clôtures qui encerclent la bâtisse, Yanik Guillemette explique que la grande circulation sur le terrain a poussé à leurs installations.

Des chalets modernes à la station Blü

Également propriétaire de la station Blü à Saint-Tite-des-Caps, Yanik Guillemette compte livrer une série de chalets sur le terrain pour l'automne 2016, dont quelques-uns le long de la rivière Lombrette. Les habitations se voudront fonctionnelles, avec une signature contemporaine et une capacité d'accueil de deux à quatre personnes. Le tout sera alimenté par les nouvelles batteries Tesla, fonctionnant à l'énergie solaire. «Les plans sont terminés, ils sont sur la table de la municipalité pour approbation», rapporte M. Guillemette.

L'homme d'affaires a acquis les bains nordiques en août dernier. «Au début, on s'est vraiment concentré sur le rehaussement de l'image», explique-t-il. Photos, site web, mobiliers; tout a été pensé pour relever de gamme. «Ce n'est pas simple, parce qu'on veut un prix abordable pour un établissement haut de gamme», affirme-t-il.

 

Québec Hebdo