Livre «Les Espions»: un premier roman pour l'écrivaine d'horreur Maude Rückstühl

Publié le 16 avril 2015

LITTÉRATURE. Petits et souvent mal-aimés des humains, les insectes sont pratiquement partout et en grand nombre. Et si cela n'était pas un hasard? Et si ces petites bestioles avaient une influence insoupçonnée sur nos vies? Bienvenue dans l'univers du livre «Les Espions», de l'écrivaine d'horreur de Saint-Ferréol-les-Neiges, Maude Rückstühl.

Cette histoire raconte celle d'une famille qui, à la demande de la mère, s'établit à la campagne. N'étant pas fortunée, elle fait l'acquisition d'une maison à un prix modique. Une faible valeur qui n'est pas vraiment un hasard puisque la résidence se trouve dans une zone perturbée liée aux mystérieux espions. «Une série d'aventure va affecter la famille et il va leur arriver des choses horribles», explique Mme Rückstühl.

Il s'agit pour cette auteure de son deuxième livre après la parution d'un recueil de nouvelles composé d'histoires d'épouvante et d'horreur lancé l'année dernière et intitulé «8 murmures». «Ç’a toujours été en moi. Même quand j'étais petite, j'aimais faire peur. J'ai toujours été un peu macabre», indique la Saint-Ferréolaise pour expliquer cet «amour» de ce style littéraire. «Ça me permet d'apprivoiser la mort, d'explorer les tangentes qu'elle peut prendre et de se demander ce qui peut se passer après la mort», ajoute-t-elle.

Pour ce premier roman, la façon des humains de traiter les insectes a été un fil conducteur. «Je ne suis pas quelqu'un qui croit au hasard et aux coïncidences. Je pense que tout peut s'expliquer. Je pense que les insectes sont là pour une raison et que tout a une raison d'exister. Je transpose cela dans mon histoire et je construis un monde autour», souligne-t-elle.

Prix

Étonnamment, celle qui affectionne l'horreur ne lit pas énormément de livres de ce genre. «J'aime butiner dans des univers différents. [...] La poésie de certains auteurs m'inspire également beaucoup.» Elle affirme toutefois beaucoup alimenter son inspiration de films d'horreur. «On me dit d'ailleurs que j'ai une écriture cinématographique, ce qui adonne bien, puisque j'aimerais un jour faire un film avec une de mes histoires», mentionne-t-elle.

Bachelière en études littéraires à l’UQAM, Mme Rücksthül a été parmi les 26 finalistes aux Prix littéraires Radio-Canada, pour sa nouvelle «Le Trophée». Mais encore mieux, elle a remporté une des «bourses de Création littéraire des Écrivains francophones d’Amérique» pour cette même nouvelle, qui est en fait un scénario. Lors de l'entretien avec L'Autre Voix, elle espérait que ce prix lui donnerait un coup de main pour réaliser son rêve de faire un film avec son histoire.

Lancement

L'auteure a procédé au lancement de son premier roman au Salon international du livre de Québec. Le livre sera notamment disponible en commande ou en version électronique sur le site web des Éditions du Sangtenaire (www.sangtenaire.com) et également disponible en librairie.